Un budget qui aide les jeunes d'aujourd'hui, mais qui devrait aborder davantage les problèmes de demain

PARTAGER L'ARTICLE


11.04.2019

BUDGET FÉDÉRAL 2019-2020

Un budget qui aide les jeunes d'aujourd'hui, mais qui devrait aborder davantage les problèmes de demain

Force Jeunesse se réjouit de constater que le gouvernement fédéral place au cœur de son exercice budgétaire des mesures pour faciliter l’accès à la propriété pour les jeunes et pour améliorer l’adéquation de la formation avec le marché du travail. L’organisme qui milite depuis près de 20 ans pour l’équité intergénérationnelle dans les politiques publiques s’inquiète toutefois de constater qu’aucune stratégie ne semble être mise de l’avant pour aider les provinces à faire face à la croissance importante des dépenses en santé entraînée par le vieillissement de la population.

Des mesures positives pour accéder à la propriété et pour favoriser l’emploi des jeunes

Force Jeunesse salue la mise en place de plusieurs mesures qui aideront les jeunes à accéder à la propriété et à occuper un logement plus abordable. Nous soulignons la subvention des paiements hypothécaires, une bonification du Régime d’accession à la propriété et un investissement de 10 milliards sur 9 ans pour favoriser la construction de logements locatifs. Les défis par rapport à l’accès au logement et à la propriété demeurent particulièrement importants pour les jeunes, mais les mesures contenues dans le budget 2019 représentent un pas dans la bonne direction.

Nous soulignons aussi l’élargissement du Programme de stage pratique aux étudiants en sciences humaines, sociales et en arts (investissement d’environ 800 millions sur 5 ans)  ainsi que la création d’environ 40 000 nouveaux stages subventionnés en partenariat avec des entreprises. Force Jeunesse appuie également l’élargissement de Service jeunesse Canada pour soutenir le bénévolat chez les jeunes (315 millions sur 5 ans) et la mise en place de la Stratégie d’emploi jeunesse.

Des enjeux négligés : le financement de la santé et des retraites à long terme

Bien que le gouvernement effectue des investissements importants en santé mentale et lance des consultations pour implanter un régime canadien d’assurance médicament, Force Jeunesse s’inquiète de l’absence de réflexion quant à la pérennité du système de santé dans un contexte de vieillissement de la population. À long terme, la formule d’indexation actuelle des transferts fédéraux en santé crée un désengagement graduel du gouvernement fédéral dans les soins de santé, alors que les coûts des systèmes de santé représentent une part grandissante des budgets des provinces.

Alors que Force Jeunesse reconnaît les investissements importants réalisés dans le budget 2019 pour augmenter les revenus des ainés toujours actifs sur le marché du travail, nous déplorons que le gouvernement ne s’attaque pas à la soutenabilité à long terme de la Sécurité de la vieillesse et du Supplément de revenu garanti. Ces politiques sont indexées au niveau de l’inflation, plutôt qu’à celui, plus élevé, de la croissance des salaires. À long terme, elles joueront un rôle de moins en moins important dans le niveau de remplacement de revenu à la retraite.

Il est crucial que le gouvernement du Canada agisse dès aujourd’hui pour garantir le financement à long terme des régimes de retraite et des soins de santé pour s’assurer de préserver l’équité intergénérationnelle.

Citation : 
« Force Jeunesse se réjouit de constater que le gouvernement mette en place de nouvelles mesures pour favoriser l’accès à la propriété et investisse massivement pour améliorer l’adéquation des compétences des jeunes avec le marché du travail. Nous tenons toutefois à souligner que le gouvernement fédéral doit contribuer davantage au financement du système de santé en augmentant ses transferts aux provinces. Autrement, à court terme, les coûts des soins de santé risquent de limiter la capacité des provinces à investir dans des politiques publiques cruciales pour les jeunes. » 
— Daye Diallo, président de Force Jeunesse


Force Jeunesse participe au congrès international de l'ACFAS

PARTAGER L'ARTICLE


08.11.2017

Force Jeunesse participe au congrès international de l'ACFAS

Dans le cadre du Congrès international de l’ACFAS (Association francophone pour le savoir), Force Jeunesse était présente sur un panel intitulé « Parité et diversité sur les instances de gouvernance : quelle contribution à la performance? ». Nolywé Delannon était invitée à partager la lecture de Force Jeunesse sur le processus qui a permis de construire une large coalition en faveur de la création d’un siège jeune sur les lieux décisionnels publics et qui a mené, en décembre 2016, à l’adoption à l’unanimité du PL 693 créant un siège dédié à un(e) jeune de 35 ans et moins sur tous les CA de sociétés d’État au Québec. Notre présidente a également évoqué les défis qu’il reste à relever pour la mise en œuvre de la loi, notamment en matière de représentativité des femmes et de la diversité.

Les autres panélistes étaient : Caroline Codsi, présidente fondatrice de La Gouvernance au féminin; Emmanuel Darankoum, professeur titulaire à la Faculté de droit de l’Université de Montréal; Me Emmanuelle Létourneau, présidente de Gouvernance entreprenante

L’animation était assurée par Félix Zogning, Professeur de sciences comptables à l’UQO.

Les autres panélistes étaient : Caroline Codsi, présidente fondatrice de La Gouvernance au féminin; Emmanuel Darankoum, professeur titulaire à la Faculté de droit de l’Université de Montréal; Me Emmanuelle Létourneau, présidente de Gouvernance entreprenante

L’animation était assurée par Félix Zogning, Professeur de sciences comptables à l’UQO.


Dévoilement de la stratégie d'Action Jeunesse

PARTAGER L'ARTICLE


12.12.2016

Dévoilement de la stratégie d'Action Jeunesse

Québec, 12 décembre 2016. Force Jeunesse se réjouit de l’investissement de 200 millions annoncé aujourd’hui par le premier ministre du Québec dans le cadre de la nouvelle stratégie d’action jeunesse 2016-2021. Parmi les projets subventionnés, l’organisme en pilotera un visant à encourager la participation citoyenne des jeunes et à les rapprocher des élus de l’Assemblée nationale. Si Force Jeunesse est satisfaite des différents investissements annoncés, l’organisme surveillera avec attention les mesures visant à assurer l’éradication des clauses de disparités de traitement chez les jeunes travailleurs et s’assurera que le gouvernement passe de la parole aux actes dans ce dossier crucial pour l’équité intergénérationnelle.

C’est à la suite d’un important processus de consultation des différents groupes de la société civile que le gouvernement a dévoilé sa toute nouvelle Stratégie d’action jeunesse. Force Jeunesse, qui a participé activement à ces consultations, est fière de retrouver un de ses projets parmi ceux retenus par le Secrétariat à la Jeunesse. En effet, l’organisme qui milite pour l’équité intergénérationnelle dans les politiques publiques et la place des jeunes dans les lieux décisionnels pourra dorénavant rapprocher les différents intervenants jeunesse des élus de l’Assemblée Nationale. « Grâce à ce financement, ce sont des dizaines d’organismes jeunesse qui pourront aller directement à la rencontre de leurs élus et les sensibiliser à leurs préoccupations respectives. Alors que pour plusieurs de ces groupes il peut sembler difficile d’obtenir l’écoute des décideurs publics, nous nous assurerons de les accompagner dans l’acquisition d’outils nécessaires pour faire valoir leurs revendications en toute transparence et ainsi se réapproprier leurs institutions démocratiques » déclare Nolywé Delannon, présidente de Force Jeunesse. Les détails entourant l’organisation de ces journées de participation citoyenne seront dévoilés par l’organisme dans les prochains mois.

Bien que ces investissements soient accueillis avec enthousiasme par l’organisme, celui-ci tient à préciser qu’il n’oublie pas la responsabilité du gouvernement dans le dossier des clauses de disparités de traitement, notamment dans les régimes de retraite et les assurances collectives. « Nous sommes satisfaits que le gouvernement reconnaisse la présence des clauses orphelins sur le marché du travail, particulièrement dans les régimes de retraite. Toutefois, l’heure n’est plus simplement à l’analyse de la situation, mais bien à l’action dans ce dossier frappant de plein fouet les jeunes travailleurs. Bien qu’il importe de continuer de documenter le phénomène, nous nous attendons à ce que le gouvernement agisse et modifie la Loi sur les normes du travail pour protéger les jeunes travailleurs et les nouveaux arrivants contre ces mesures discriminatoires » soutient Mme Delannon.

Pour conclure, Force Jeunesse suivra avec attention les travaux de la Chaire d’administration en gouvernance de l’Université Laval à laquelle le gouvernement a confié le mandat aujourd’hui d’étudier les meilleures pratiques en matière de recrutement et de formation de la relève au sein des conseils d’administration des sociétés d’État. « Maintenant que le projet de loi 693 est adopté et que les jeunes de 35 ans et moins disposeront d’un siège dédié dans ces lieux décisionnels de première importance, nous continuerons à jouer un rôle actif dans ce dossier pour nous assurer de la diversité des candidatures retenues et de la transparence des processus de sélection. En ce sens, nous attendons des actions concrètes du gouvernement qui s’appuient sur les résultats de la recherche de la Chaire » conclut Mme Delannon.

Créé en 1998, Force Jeunesse est un regroupement de jeunes travailleurs visant la défense et l’amélioration des conditions de travail et des perspectives d’emploi de la relève dont les membres sont à la fois des associations et des individus. L’équité intergénérationnelle et une préoccupation pour l’avenir collectif de notre société sont au cœur des valeurs défendues par l’organisation.

* Crédit photo : http://www.premier.gouv.qc.ca/premier-ministre/albums-photos/annees/2016/12-12-strategie-jeunesse/photos/photo-2.jpg


Jeunes sur les C.A. : Force Jeunesse salue l'adoption unanime du projet de loi 693

PARTAGER L'ARTICLE


06.12.2016

PLACE DES JEUNES

Jeunes sur les C.A. : Force Jeunesse salue l'adoption unanime du projet de loi 693

Force Jeunesse se réjouit de l’adoption, à l’unanimité des députés de l’Assemblée nationale, du projet de loi 693 visant à dédier un siège à un jeune de moins de 35 ans sur les conseils d’administration des sociétés d’État québécoises. L’organisme qui milite depuis des années pour la mise en place d’une telle mesure apprécie aujourd’hui le fruit de ses efforts et s’assurera maintenant que des jeunes de tous les horizons auront accès à ces sièges.

C’est après la mise en lumière par Force Jeunesse du triste constat que les jeunes de moins de 35 ans représentaient moins de 1% des administrateurs de nos sociétés d’État que le gouvernement a décidé de s’attaquer à cette importante question. « Après plusieurs années de travail de la part de Force Jeunesse auprès des élus, des partis politiques, des groupes de la société civile et du monde des affaires, nous nous réjouissons de voir que l’Assemblée nationale accepte unanimement de faire une place aux jeunes dans ces espaces de prise de décisions collectives. À l’instar de la parité hommes-femmes, nous sommes convaincus que la mise en place d’une telle mesure inspirera les entreprises privées à emboîter le pas et accorder une place plus importante aux jeunes dans leurs lieux décisionnels » soutien Nolywé Delannon, présidente de Force Jeunesse.

Bien que l’adoption de cette mesure représente une avancée déterminante, il importe maintenant de s’assurer que l’accès à ces lieux de décision soit ouvert aux jeunes de tous les horizons. À ce sujet, Force Jeunesse continuera de défendre ses positions exprimées lors de la commission parlementaire sur le projet de loi 693. « Le gouvernement devra garantir une transparence dans le processus de sélection des futurs jeunes administrateurs en s’assurant d’une réelle diversité des candidatures étudiées et retenues. La diffusion des affichages de postes ainsi qu’une formation accessible aux futurs administrateurs publics font partie des principes que Force Jeunesse mettra de l’avant pour permettre l’atteinte de ces objectifs » déclare Mme Delannon. Le dépôt imminent de la Stratégie d’action jeunesse sera un moment déterminant pour évaluer la volonté gouvernementale à cet égard et l’organisme suivra donc ce dossier de près.

Pour conclure, Force Jeunesse félicite le député de Sainte-Rose, M. Jean Habel, pour l’adoption de son projet de loi qui représente une mesure historique en faveur d’une plus grande équité intergénérationnelle dans la gouvernance des sociétés d’État québécoises. L’organisme continuera à travailler avec tous les élus de l’Assemblée nationale qui désirent permettre une meilleure représentation des jeunes et de la diversité dans les prises de décision collectives.

Créé en 1998, Force Jeunesse est un regroupement de jeunes travailleurs visant la défense et l’amélioration des conditions de travail et des perspectives d’emploi de la relève dont les membres sont à la fois des associations et des individus. L’équité intergénérationnelle et une préoccupation pour l’avenir collectif de notre société sont au cœur des valeurs défendues par l’organisation.


Mémoire présenté au ministère de l'éduction et de l'enseignement supérieur

PARTAGER L'ARTICLE


28.10.2016

FORCE JEUNESSE

Mémoire présenté au ministère de l'éduction et de l'enseignement supérieur

Les Consultations sur l’enseignement supérieur lancées le 2 septembre 2016 font suite aux mandats de consultation octroyés le 11 juillet 2016 à MM. Claude Corbo et Guy Demers en vue, respectivement, de la création d’un Conseil des universités (CU) et d’un Conseil des collèges (CC). Ces consultations s’inscrivent dans la remise sur pied de ces deux conseils (communément abrogés le 14 juillet 1993), lesquels ont joué par le passé le rôle d’« organisme-tampon » entre le gouvernement et les établissements d’enseignement supérieur.

Force Jeunesse, qui a pour mission de « sensibiliser la population et les principaux acteurs du marché du travail à la situation des jeunes et à la place accordée à la relève», souhaite contribuer aux consultations sur l’enseignement supérieur en rappelant l’importance qui doit être accordée aux jeunes, qu’ils soient travailleurs, étudiants ou diplômés en recherche d’emploi.

Découvrez les trois principales recommandations faites par Force Jeunesse en cliquant ici.


Sièges dédiés à des jeunes sur les C.A. des sociétés d'État : Force Jeunesse salue le projet de loi audacieux du député de Sainte-Rose

PARTAGER L'ARTICLE


10.06.2016

PLACE DES JEUNES

Sièges dédiés à des jeunes sur les C.A. des sociétés d'État : Force Jeunesse salue le projet de loi audacieux du député de Sainte-Rose

Force Jeunesse désire saluer le dépôt du Projet de loi du député de Ste-Rose, M. Jean Habel, visant à assurer une place aux jeunes sur les conseils d’administration des sociétés d’État. L’organisme qui milite depuis longtemps pour la création d’un siège dédié à un jeune de moins de 35 ans sur ces instances se réjouit que son message trouve enfin une traduction concrète à travers cette mesure législative tant attendue, portée par un élu du gouvernement.

Depuis plusieurs années, Force Jeunesse presse le gouvernement d’agir dans ce dossier suite aux résultats accablants d’une étude démontrant que les jeunes de moins de 35 ans représentent moins de 1% des administrateurs des sociétés d’État québécoises. « Le projet de loi déposé aujourd’hui est l’aboutissement de plusieurs années de travail de la part de Force Jeunesse auprès des élus, des partis politiques, des groupes de la société civile et du monde des affaires. En proposant une mesure aussi importante que la création d’un siège dédié à un jeune de moins de 35 ans sur les conseils d’administration de chaque société d’État, le député de Ste-Rose soumet une proposition ambitieuse qui assurera une relève d’administrateurs publics compétents pour le Québec » déclare Nolywé Delannon, présidente de Force Jeunesse. Rappelons que l’âge moyen d’entrée sur de telles instances est actuellement de 51 ans.

En créant un siège dédié à un jeune sur ces conseils d’administration, le gouvernement du Québec répondrait au problème criant de sous-représentation de cette tranche de la population au sein des lieux décisionnels publics et, indirectement, privés. « Le premier ministre Philippe Couillard a lui-même reconnu que, à l’instar de la parité homme-femme, le gouvernement avait un rôle à jouer pour initier les changements nécessaires à une évolution des mentalités et à un réel changement dans la société québécoise. Nous sommes convaincus que la mise en place d’une telle mesure inspirera les entreprises privées à emboîter le pas et accorder une place plus importante aux jeunes dans leurs lieux décisionnels » affirme Mme Delannon.

L’organisme salue enfin l’audace du député de Ste-Rose, plus jeune élu de l’Assemblée nationale, de proposer en projet de loi cette mesure importante en faveur d’une plus grande équité intergénérationnelle dans la gouvernance des sociétés d’État québécoises. « Cette proposition ayant déjà obtenu l’appui des principaux partis politiques représentés à l’Assemblée nationale, nous espérons que les députés sauront dépasser la partisanerie pour adopter rapidement, dès l’automne, ce projet de loi assurant à la relève du Québec la place qui lui revient pour contribuer à façonner notre avenir collectif » a conclu Mme Delannon.

Créé en 1998, Force Jeunesse est un regroupement de jeunes travailleurs visant la défense et l’amélioration des conditions de travail et des perspectives d’emploi de la relève dont les membres sont à la fois des associations et des individus. L’équité intergénérationnelle et une préoccupation pour l’avenir collectif de notre société sont au cœur des valeurs défendues par l’organisation.


Jeunes sur les C.A. des Société d'État : Force jeunesse se réjouit de la prise de position du PLQ

PARTAGER L'ARTICLE


15.05.2016

PLACE DES JEUNES

Jeunes sur les C.A. des Société d'État : Force jeunesse se réjouit de la prise de position du PLQ

Réunis en Conseil général à Drummondville, les membres du Parti Libéral du Québec ont adopté à une forte majorité une résolution proposant la création d’un siège dédié aux jeunes de moins de 35 ans sur les conseil d’administration des sociétés d’État. Cette position est défendue depuis plusieurs années par l’organisme Force Jeunesse qui y voit la seule solution viable pour assurer une représentation minimale des jeunes dans les sphères décisionnelles.

Le vote des militants du PLQ intervient deux jours après la présentation du Projet de loi 98 par la ministre de la Justice Stéphanie Vallée, qui propose d’introduire l’obligation pour les ordres professionnels de réserver au moins un siège à leur relève. « C’est un message fort qui est envoyé, car il s’ajoute aux précédentes demandes et les renforce. Il n’y a plus aucun obstacle à agir, car le gouvernement peut de toute évidence compter sur le soutien affirmé des militants de son propre parti », souligne Nolywé Delannon, présidente de Force Jeunesse.

Les voix favorables à la création d’un siège dédié aux moins de 35 ans n’ont cessé de se multiplier. La CAQ et le PQ, les ailes jeunesse des principaux partis politiques, ainsi que de nombreuses organisations de la société civile telles que des syndicats et associations étudiantes ont publiquement pris position en faveur d’une telle mesure. « Il y a un momentum, c’est incontestable. Ne pas agir, c’est renoncer à entendre qu’au sein de la société québécoise il y a désormais un consensus sur la question, qui transcende les clivages partisans. Nous ne pouvons envisager que le gouvernement reste sourd à cette volonté de changement et opte pour le statu quo », relève Mme Delannon.
L’organisme Force Jeunesse sera très attentif aux annonces que fera le gouvernement lors du dévoilement de sa Stratégie d’action jeunesse à l’automne prochain. Ce document ne pourra pas faire l’impasse sur la question de la représentativité des jeunes dans les sphères décisionnelles et de la préparation d’une relève d’administrateurs publics compétents.

Créé en 1998, Force Jeunesse est un regroupement de jeunes travailleurs visant la défense et l’amélioration des conditions de travail et des perspectives d’emploi de la relève dont les membres sont à la fois des associations et des individus. L’équité intergénérationnelle et une préoccupation pour l’avenir collectif de notre société sont au cœur des valeurs défendues par l’organisation.


Projet de loi 98 : Force Jeunesse salue les mesures annoncées par la ministre Vallée

PARTAGER L'ARTICLE


11.05.2016

PLACE DES JEUNES

Projet de loi 98 : Force Jeunesse salue les mesures annoncées par la ministre Vallée

Force Jeunesse salue les mesures annoncées par la ministre Vallée dans le projet de loi 98 qui visent à améliorer la représentativité des jeunes au sein des conseils d’administration des ordres professionnels. L’organisme qui milite depuis plusieurs années pour une plus grande représentation des jeunes dans les lieux décisionnels y voit un geste important de la part du gouvernement et espère que cette action ouvrira la voie à d’autres mesures allant dans le même sens.

En obligeant chaque ordre professionnel à nommer un administrateur additionnel parmi ses membres lorsqu’aucun d’eux n’est inscrit au Tableau depuis dix ans et moins, le gouvernement du Québec pose pour la première fois un geste clair permettant de garantir une représentation minimale de la relève dans nos lieux décisionnels. « C’est par des actions concrètes, notamment la création de sièges dédiés à des jeunes sur les conseils d’administration relevant de l’État québécois, que le gouvernement démontrera sa détermination à s’attaquer au problème de la sous-représentation des jeunes dans nos lieux décisionnels. L’annonce d’aujourd’hui est un pas dans la bonne direction et montre bien que de telles mesures sont nécessaires si l’on veut effectivement changer la donne en matière de représentativité des jeunes et former une relève d’administrateurs publics compétents » a déclaré Nolywé Delannon, présidente de Force Jeunesse.

Depuis plusieurs années, l’organisme presse le gouvernement d’agir dans ce dossier suite aux résultats accablants d’une étude démontrant que les jeunes de moins de 35 ans représentent moins de 1% des administrateurs des sociétés d’État québécoises. « Force Jeunesse continuera à assurer une vigilance sur les initiatives gouvernementales à ce sujet, particulièrement lors du dépôt de la Stratégie d’action jeunesse cet automne. Nous espérons que le premier ministre renforcera l’elan donné par sa ministre de la Justice en choisissant l’avenue de la création d’un siège dédié comme le réclament désormais la majorité des partis politiques et groupes de la société civile interpellés sur le sujet » a conclu Mme Delannon.

Créé en 1998, Force Jeunesse est un regroupement de jeunes travailleurs visant la défense et l’amélioration des conditions de travail et des perspectives d’emploi de la relève dont les membres sont à la fois des associations et des individus. L’équité intergénérationnelle et une préoccupation pour l’avenir collectif de notre société sont au cœur des valeurs défendues par l’organisation.


Dévoilement de la politique québécoise de la jeunesse : Force Jeunesse rassuré pour les jeunes travailleurs, mais inquiet de leur représentation dans les lieux décisionnels publics

PARTAGER L'ARTICLE


30.03.2016

CONDITIONS DE TRAVAIL ET PLACE DES JEUNES

Dévoilement de la politique québécoise de la jeunesse : Force Jeunesse rassuré pour les jeunes travailleurs, mais inquiet de leur représentation dans les lieux décisionnels publics

En réaction au dévoilement de la Politique québécoise de la jeunesse, l’organisme Force Jeunesse désire saluer la volonté du gouvernement du Québec de s’attaquer enfin aux inégalités envers les jeunes sur le marché du travail, notamment en mettant fin aux clauses de disparités de traitement. Cependant, l’organisme déplore avec vigueur l’absence de mesures et de volonté politique pour améliorer la présence des jeunes dans les lieux décisionnels publics, particulièrement au sein des conseils d’administration des sociétés d’État.

Clauses de disparités de traitement
Bien que les clauses de disparités de traitement, dites « clauses orphelin », soient interdites au Québec depuis 2001, de nombreux jeunes se retrouvent encore touchés par des mesures discriminatoires basées sur leur date d’embauche, ce qui les défavorise indirectement en raison de leur âge. Le gouvernement fait donc un pas dans la bonne direction en annonçant son intention de s’attaquer à ces clauses, y compris par des mesures législatives ou règlementaires. «Depuis plusieurs années, Force Jeunesse assure une vigilance constante sur les mesures d’iniquité envers les jeunes travailleurs québécois. Or, l’on constate que l’interdiction prévue par la loi sur les normes du travail est contournée puisque les clauses de disparités de traitement touchent désormais les régimes de retraite et les assurances collectives. Le gouvernement trouvera en nous des alliés déterminés s’il désire sérieusement mettre fin à ces discriminations », souligne Mme Delannon, présidente de Force Jeunesse.

Place des jeunes dans les lieux décisionnels publics
Toutefois, c’est avec étonnement que l’organisme n’a trouvé aucune mention des intentions du gouvernement d’assurer une plus grande représentation de la jeunesse au sein des lieux décisionnels publics. Force Jeunesse est interpellé par le fait qu’une politique qui s’étend sur 96 pages fasse le silence sur cette problématique pourtant décriée par la majorité des organismes jeunesse, des partis d’opposition et des représentants du milieu des affaires. « Les jeunes représentent moins de 1% des administrateurs de nos sociétés d’État, ce qui est dérisoire. Comment peut-on ignorer une situation aussi préoccupante qui nuit considérablement à la préparation d’une relève d’administrateurs publics compétents ? Le gouvernement avait une occasion unique de montrer l’exemple en prenant des engagements forts à ce niveau, or il nous est proposé des mesures très timides qui ne sont pas à la hauteur des enjeux » a soutenu Mme Delannon. Rappelons que l’organisme avait proposé comme solution la création d’un siège dédié à un jeune de moins de 35 ans sur les conseils d’administration des sociétés d’État.

Force Jeunesse espère que des correctifs importants seront apportés à cet égard lors du lancement de la Stratégie d’action jeunesse prévu cet automne. Cela est absolument nécessaire si le gouvernement entend susciter l’adhésion des jeunes à une politique qui, alors qu’elle fixe le cap jusqu’en 2030, ne peut faire abstraction de cet enjeu majeur.

Créé en 1998, Force Jeunesse est un regroupement de jeunes travailleurs visant la défense et l’amélioration des conditions de travail et des perspectives d’emploi de la relève dont les membres sont à la fois des associations et des individus. L’équité intergénérationnelle et une préoccupation pour l’avenir collectif de notre société sont au cœur des valeurs défendues par l’organisation.


Budget Leitao : Force Jeunesse en attente du dévoilement de la nouvelle Stratégie d'action jeunesse

PARTAGER L'ARTICLE


17.03.2016

BUDGET PROVINCIAL

Budget Leitao : Force Jeunesse en attente du dévoilement de la nouvelle stratégie d'Action Jeunesse

Force Jeunesse réagit au budget Leitão dévoilé aujourd’hui en regrettant la diminution de près de 30% de l’enveloppe accordée à la Stratégie d’action jeunesse 2016-2021, en comparaison avec celle de 2009-2014. L’organisme s’inquiète des conséquences de cette diminution et espère être rapidement rassuré lors du dévoilement de la Stratégie d’action jeunesse prévue ce printemps. L’organisme déplore également le maintien d’un gel d’embauche nuisible à la formation de la relève dans la fonction publique. Par ailleurs, Force Jeunesse se réjouit de constater que le gouvernement maintient le cap en finançant adéquatement le Fonds des générations, outil essentiel de contrôle de la dette publique.

Stratégie d’action jeunesse
Force Jeunesse rappelle que l’enveloppe accordée à la Stratégie d’action jeunesse pour les années 2009-2014 représentait 250 millions de dollars. En la faisant chuter à 181 millions pour les cinq prochaines années, ce sont des dizaines d’initiatives et d’organismes jeunesse dynamiques qui pourraient se voir amputés de leurs moyens d’action. « Nous sommes inquiets de constater une telle diminution de cette enveloppe essentielle au soutien des initiatives portées par la jeunesse québécoise. Nous espérons toutefois que le gouvernement saura faire des annonces fortes lors du dévoilement de sa Stratégie d’action jeunesse, prévu dans les prochaines semaines, en réponse aux attentes élevées des organismes jeunesse » a souligné Nolywé Delannon, présidente de Force Jeunesse. L’organisme sera particulièrement attentif aux mesures gouvernementales qui permettront d’assurer une présence effective des jeunes dans les lieux décisionnels ainsi qu’un rapprochement des jeunes avec leurs institutions démocratiques.

Fonds des générations : un outil efficace qui fait ses preuves
Il importe de souligner que le Fonds des générations en est à sa 10e année d’existence. Cet outil essentiel de contrôle de la dette commencera à porter fruit en contribuant à diminuer, dès le 31 mars 2016, le ratio de la dette brute par rapport au PIB, offrant ainsi une marge de manœuvre budgétaire aux générations futures. « Pour Force Jeunesse, qui fut partie prenante à une coalition de groupes jeunesse réclamant la création du Fonds des générations, il demeure toutefois indispensable que cette marge de manœuvre serve à assurer un maintien, voire un développement de nos services publics, et non pas à financer des mesures d’allègement fiscal » rappelle Mme Delannon. À cet égard, Force Jeunesse souligne le réinvestissement annoncé en éducation, après les compressions subies au cours des deux dernières années, et espère que le gouvernement intensifiera les efforts en ce sens.

Gel d’embauche dans la fonction publique : un frein important au maintien de l’expertise interne
La reconduction du gel d’embauche dans la fonction publique préoccupe Force Jeunesse alors que, de l’aveu même du gouvernement, il est nécessaire de renforcer l’expertise interne des ministères et organismes publics à la lumière des nombreux projets et investissements annoncés dans le budget. Ce gel d’embauche apparaît particulièrement préjudiciable à la formation d’une relève forte et diversifiée au sein de la fonction publique.

Créé en 1998, Force Jeunesse est un regroupement de jeunes travailleurs visant la défense et l’amélioration des conditions de travail et des perspectives d’emploi de la relève dont les membres sont à la fois des associations et des individus. L’équité intergénérationnelle et une préoccupation pour l’avenir collectif de notre société sont au cœur des valeurs défendues par l’organisation.