Appel à candidatures : Conseil d'administration 2022-2023

PARTAGER L'ARTICLE

26.04.2022

POSTES À COMBLER

Appel à candidatures : Conseil d'administration 2022-2023

Tu souhaites rejoindre une équipe motivée et passionnée d’affaires publiques, qui défend l’équité intergénérationnelle au Québec ? Nous t’invitons à envoyer ta candidature pour te joindre à notre conseil d’administration, pour un mandat de un an ou bien deux ans.

Tous les postes sont ouverts, mais nous sommes particulièrement à la recherche de personnes dont le profil remplit un ou plusieurs de ces critères  :

  • Expérience en communications/relations média ;
  • Expérience avec le pallier fédéral ;
  • Connaissance du système de santé ;
  • Connaissances en gouvernance climatique.

→ Tu souhaites rejoindre notre équipe ? Tu trouveras ici l’avis électoral, qui comprend les instructions pour te présenter sur le Conseil d’administration de Force Jeunesse. Le formulaire de mise en candidature se trouve ici. Les personnes intéressées doivent remplir le formulaire de mise en candidature, et le transmettre à l’adresse elections@forcejeunesse.qc.ca avant le 7 mai 2022 à 15h00.

Tu es intéressé par un autre poste que ceux ci-dessous, ou tu as des questions ? N’hésite pas à rentrer en contact avec nous à info@forcejeunesse.qc.ca

Types de postes : bénévoles

Responsabilités

La personne à la Vice-présidence aux communications :

  • prépare le plan de communication de l’organisation ;
  • conseille la présidence sur les stratégies à adopter dans le cadre des relations de l’organisation avec les médias ;
  • gère l’image de Force Jeunesse ;
  • veille à une utilisation optimale des moyens de communication de l’organisation.

La personne au Secrétariat général:

  • voit au bon fonctionnement du siège de l’Association et supervise le travail des personnes employées ;
  • donne les avis de convocation, rédige les ordres du jour, de même que les procès-verbaux des assemblées générales, ainsi que des réunions du Conseil d’administration et du Comité exécutif ;
  • tient un livre des procès-verbaux du Conseil d’administration et du Comité exécutif et s’assure de leur mise à jour, en plus d’être responsable du sceau, des archives de l’Association, ainsi que des registres dont la tenue est exigée par la loi.

Les membres du conseil d’administration

  • assurent à la mise en œuvre de la mission de l’organisation ;
  • participents à des projets de l’organisation en fonction de leurs intérêts spécifiques ;
  • peuvent s’impliquer sur les différents comités de Force Jeunesse : contenu, relations publiques, RAJ, MCV.

 

À propos de Force Jeunesse

Dans une perspective d’équité intergénérationnelle, Force Jeunesse défend les droits et les intérêts de la jeunesse du Québec dans l’élaboration des politiques publiques. De manière non partisane, Force Jeunesse fait la promotion de la place des jeunes dans les sphères décisionnelles, catalyse les forces du milieu de la jeunesse et crée des espaces d’échanges pour la relève.


Budget fédéral 2022-2023 : De petits moyens pour de grands défis

PARTAGER L'ARTICLE

08.04.2022

BUDGET DU CANADA 2022-2023

Budget fédéral 2022-2023

De petits moyens pour de grands défis

Montréal, le 8 avril 2022 – Force Jeunesse se réjouit de voir que la crise du logement est reconnue à travers le Canada et que des mesures ont été annoncées dans le budget fédéral 2022-2023 pour y remédier, notamment celles spécifiques aux jeunes pour encourager l’accès au logement et à la propriété. Cependant, outre le logement, il est désolant de constater que peu de nouvelles mesures sont prévues pour les jeunes, que ce soit en matière de travail, d’environnement et de santé mentale. 

 

Logement : des premiers pas encourageants

Force Jeunesse salue les nombreuses mesures présentées pour aider les Canadiens et Canadiennes à avoir accès à des logements abordables et sécuritaires, tels que la construction de 100 000 nouveaux logements abordables, la mise en place d’une première charte des droits des acheteurs de propriétés et l’instauration du compte d’épargne libre d’impôt (CELI) pour l’achat d’une première propriété, qui offre aux premiers acheteurs d’une maison la possibilité d’épargner jusqu’à 40 000 $. Toutefois, cette dernière permet uniquement d’aider des jeunes qui sont déjà dans une situation financière favorable, ayant déjà les moyens d’épargner. 

Nous sommes également perplexes par rapport à l’allocation unique de 500 $ pour les personnes en difficulté; à noter qu’au Québec, les personnes sans enfant âgées de moins de 50 ans en situation précaire n’auront pas accès à ce versement, puisqu’elles ne sont pas admissibles au programme Allocation-Logement. 

Au-delà du budget, il sera également important de recenser les impacts de ces mesures sur le marché immobilier. Enfin, nous surveillerons avec intérêt la mise en place du programme de location avec option d’achat, qui peut être une option innovante et intéressante pour permettre à des personnes d’accéder à la propriété.

 

Un manque d’investissement en santé et particulièrement en santé mentale

Alors que l’enjeu du financement du système de santé au Québec reste primordial, Force Jeunesse est déçue de constater que l’augmentation de 45,2 milliards, qui constitue une hausse de 4,2%, n’est toujours pas à la hauteur des demandes des provinces. En effet, les montants prévus dans les cinq prochaines années n’augmentent pas au-delà de ce qui était déjà prévu. Si les transferts en santé ne sont pas la solution unique pour pallier les enjeux de financement du système de santé au Québec, ils constituent une partie de la solution et une plus grande collaboration entre les paliers fédéral et provincial est nécessaire afin d’assurer un système pérenne.

Ce budget montre que les investissements prévus en santé mentale l’année dernière ont été maintenus tels quels et sans mesure additionnelle. Pourtant, la création d’un Ministère de la Santé mentale et des Dépendances il y a quelques mois semblait démontrer une priorisation de cet enjeu de la part du gouvernement fédéral. Nous réitérons donc le besoin d’accorder des transferts en santé supplémentaires pour adresser spécifiquement les problèmes de santé mentale.

 

Des mesures en environnement qui ne sont pas à la hauteur de la crise

La plupart des 9,1 milliards de dollars investis pour lutter contre les changements climatiques visent les secteurs de la construction, des transports et les secteurs énergétiques, ce qui demeure insuffisant.

« Le gouvernement fédéral annonce dans ce budget des mesures intéressantes d’adaptation aux changements climatiques, mais il est difficile de l’en féliciter quand au même moment il donne son aval au projet Bay du Nord. On constate ici un manque évident de cohérence dans la stratégie de lutte aux changements climatiques. » – Simon Telles, président de Force Jeunesse

Rappelons également que selon la dernière analyse des perspectives économiques et financières du bureau du directeur parlementaire du budget (DPB), l’un des principaux risques auxquels le gouvernement canadien doit faire face est les dépenses additionnelles engendrées pour aider les provinces quant aux catastrophes naturelles. Dès lors, il nous semble plus qu’important, pour assurer la pérennité des finances publiques et pour assurer la protection de l’environnement, d’adopter une démarche cohérente et de se donner les moyens de réussir dans notre lutte aux changements climatiques.

 

Emplois : un dossier à surveiller

En matière de travail, plusieurs des mesures prévues au budget nécessitent des réformes législatives pour créer de bons emplois. Nous demeurons donc vigilants quant aux changements proposés afin de nous assurer que ceux-ci soutiennent également les besoins des jeunes notamment en matière d’assurance-emploi et pour que ceux-ci aient accès aux bons emplois durables.  D’autre part, dans un contexte où l’inflation gruge le pouvoir d’achat, nous accueillons favorablement le maintien de la bonification du montant des bourses d’études canadiennes pour les étudiants et étudiantes à temps plein jusqu’en juillet 2023. 

 

À propos de Force Jeunesse 

Dans une perspective d’équité intergénérationnelle, Force Jeunesse défend les droits et les intérêts de la jeunesse du Québec dans l’élaboration des politiques publiques. De manière non partisane, Force Jeunesse fait la promotion de la place des jeunes dans les sphères décisionnelles, catalyse les forces du milieu de la jeunesse et crée des espaces d’échanges pour la relève. 

-30-

 

SOURCE: Force Jeunesse

 

INFORMATIONS

Claire Launay

514-384-8666

direction@forcejeunesse.qc.ca 


Budget provincial 2022-2023 : La jeunesse reste sur sa faim

PARTAGER L'ARTICLE

22.03.2022

BUDGET DU QUÉBEC 2022-2023

Budget provincial 2022-2023

La jeunesse reste sur sa faim

Québec, le 22 mars 2022 –Force Jeunesse est surprise que plusieurs secteurs, pourtant prioritaires pour la jeunesse, brillent par l’absence de nouvelles mesures dans le budget du Québec 2022-2023 (le Budget). Parmi les grands négligés; la santé mentale, le logement, l’environnement et les mesures de rétention pour faire face à la pénurie de la main-d’œuvre.

« Nous nous questionnons sur la pertinence d’allouer ponctuellement 500 $ par personne alors que ces 3,2 milliards $ pourraient être mieux utilisés pour assurer le bien-être de la population en misant davantage en environnement, en santé et en logement. Le manque d’investissements en matière de santé mentale et le peu de mesures concrètes pour répondre à la pénurie de la main-d’œuvre sont également préoccupants », a mentionné Simon Telles, président de Force Jeunesse.

Pénurie de main-d’œuvre : c’est maintenant qu’il faut agir

Force Jeunesse est déçue de constater que peu d’actions concrètes additionnelles à la mise à jour économique n’ont été présentées dans le budget pour combler le grand manque à gagner sur le marché du travail. Nous sommes particulièrement surpris de constater l’absence de mesures pour accélérer la reconnaissance des diplômes et de l’expérience acquise à l’étranger, qui représente pourtant une façon efficace et rapide de répondre aux besoins criants dans de nombreux secteurs d’emploi. De plus, pour favoriser l’intégration et la rétention des jeunes en emploi, Force Jeunesse croit qu’il serait important de compenser financièrement les stages comportant une prestation de travail, en commençant par ceux effectués au sein de la fonction publique, de la santé et des services sociaux, ainsi qu’en éducation. Effectivement, c’est en offrant des conditions de travail intéressantes dès le stage que nous serons en mesure d’attirer et de retenir la relève en emploi.

Accès au logement : Reconstruire une offre de logements abordables

Les investissements pour la construction de logements abordables sont nettement insuffisants par rapport aux besoins des municipalités pour réagir à la surchauffe du marché immobilier et il aurait été avisé de prévoir une stratégie de long terme pour augmenter l’offre de logement. Le gouvernement aurait également intérêt à rendre plus accessibles les programmes d’aide au revenu, comme Allocation-Logement, où seules les personnes âgées de 50 ans et plus ou les familles ayant à leur charge un enfant peuvent bénéficier. Rendre accessible ce programme pour les personnes seules ayant un faible revenu permettrait à davantage de personnes de se loger dans un logement convenable, tout en réduisant leur précarité.

La santé mentale : grand mal du 21e siècle

Alors que Québec prévoit un investissement de 236,4 millions $ sur cinq ans pour renforcer les initiatives en santé mentale et rehausser les services psychosociaux, les mesures visant les jeunes qui ne sont pas aux études demeurent insuffisantes selon Force Jeunesse.

« Nous aurions souhaité voir plus de mesures concrètes pour répondre aux besoins grandissants en santé mentale, notamment en améliorant l’accès à la profession et en formant en compétences interculturelles davantage de personnes offrant des soins de psychothérapie », à ajouté M. Telles.

Financement du système de santé à long-terme

Le financement du système de santé à long terme demeure, pour Force Jeunesse, l’un des plus importants enjeux d’équité intergénérationnelle au Québec. Alors que les dépenses en santé représentent déjà 42 % du budget provincial, sans compter les mesures de soutien liées à la crise sanitaire, les dépenses continueront d’augmenter au cours des prochaines années en raison du vieillissement de la population. Bien que nous appuyions la demande du gouvernement provincial d’augmenter et de maintenir à 35 % les transferts fédéraux en santé, nous réitérons que ces derniers ne constituent pas la solution. Il est fondamental qu’une réflexion sur le financement de la santé à long terme soit entamée dès maintenant avec des experts du gouvernement en matière de finances publiques, de santé, et des professionnels du milieu, si nous voulons éviter que notre couverture de soins se retrouve un jour sur le respirateur artificiel.

Environnement: Au-delà du SPEDE

Force Jeunesse se réjouit des revenus additionnels obtenus grâce au SPEDE qui contribueront, en partie, à la bonification de 1 milliard $ du Plan de mise en œuvre 2022-2027 du Plan pour une économie verte (PEV). Si nous voulons atteindre nos cibles environnementales, il est essentiel d’exiger à la fois davantage de transparence dans la gestion du Fonds d’électrification et de changements climatiques et sur la progression du PEV et davantage d’investissements pour la mise en place de mécanismes de gouvernance climatique efficaces.

Fonds des générations : un outil à pérenniser 

Force Jeunesse est heureuse que le gouvernement garde le cap sur l’exercice 2027-2028 pour l’atteinte de l’équilibre budgétaire, permettant ainsi une transition douce sans avoir à réduire les services offerts à la population. À cela, il faut reconnaître le rôle prédominant joué par le Fonds des générations (le Fonds) dans la réduction du fardeau de la dette du Québec. Nous saluons donc le maintien des versements au Fonds, même si nous croyons qu’il est temps d’en revoir les mécanismes pour qu’une partie de ces versements puisse servir à financer des projets tout aussi importants en termes d’équité intergénérationnelle, que ce soit en matière de santé, d’environnement ou d’éducation. Le Fonds est un outil qui fonctionne et qui a fait ses preuves, d’où notre demande de pérenniser le Fonds au-delà de 2025-2026.

Pour lire le mémoire prébudgétaire de Force Jeunesse, cliquez ici.

 

À propos de Force Jeunesse 

Dans une perspective d’équité intergénérationnelle, Force Jeunesse défend les droits et les intérêts de la jeunesse du Québec dans l’élaboration des politiques publiques. De manière non partisane, Force Jeunesse fait la promotion de la place des jeunes dans les sphères décisionnelles, catalyse les forces du milieu de la jeunesse et crée des espaces d’échanges pour la relève. 

-30-

 

SOURCE: Force Jeunesse

 

INFORMATIONS

Claire Launay

514-384-8666

direction@forcejeunesse.qc.ca 


Rentrée parlementaire - Projet de loi 4 : une priorité pour la jeunesse

PARTAGER L'ARTICLE

15.03.2022

PROJET DE LOI 4

Rentrée parlementaire

Le projet de loi 4 : une priorité pour la jeunesse

Québec, le 15 mars 2022 – Alors que la dernière rentrée parlementaire avant les élections provinciales se profile, Force Jeunesse et le Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec (RJCCQ) rappellent au ministre des Finances, Éric Girard, l’importance de procéder à l’étude détaillée du projet de loi 4 (PL4), Loi renforçant la gouvernance des sociétés d’État et modifiant d’autres dispositions législatives, d’ici la fin de la session parlementaire.

Pour Force Jeunesse, les sociétés d’État québécoises doivent être à l’image de la population. C’est pourquoi l’organisation demande qu’un siège soit réservé aux personnes issues de la diversité sur l’ensemble des conseils d’administration des sociétés d’État québécoises, au même titre que le siège réservé aux 35 ans et moins.

« Garantir un siège pour une personne de la diversité dans ces instances, c’est la façon la plus rapide et la plus efficace d’amener du changement positif en termes de représentativité de nos institutions. Quand 22,27 % de la population canadienne s’identifie comme appartenant à une minorité visible, un siège sur un conseil d’administration de 6 à 15 personnes, c’est le minimum », d’après Simon Telles, président de Force Jeunesse.

Le RJCCQ souhaite favoriser l’accès à la formation en gouvernance pour les jeunes de toutes les régions du Québec. Fort du succès du programme « Administrateurs de la relève » qui a formé depuis 2013 plus de 1000 jeunes, dont 33 % issus de la diversité, afin de les préparer à siéger sur un conseil d’administration, le RJCCQ recommande au gouvernement de réfléchir à rendre obligatoire des formations qui outillent les jeunes sur les meilleures pratiques en gouvernance et d’appuyer davantage les organismes et initiatives dédiées à la gouvernance.

« Le développement des connaissances et compétences des jeunes gens d’affaires en matière de gouvernance constitue une préoccupation de longue date pour le RJCCQ. Il y a lieu de poursuivre et de bonifier l’appui aux formations à la gouvernance des jeunes gens d’affaires, de soutenir un processus de recrutement ouvert et structuré lors des appels à candidature et d’appuyer davantage les organisations qui souhaitent avoir accès à des banques de candidatures pour renouveler leur bassin de jeunes administratrices et administrateurs. » souligne Pierre Graff, président-directeur général du Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec.

Force Jeunesse et le RJCCQ saluent la volonté du gouvernement de moderniser la gouvernance de 23 sociétés d’État supplémentaires, mais réitèrent l’importance d’adopter ce projet de loi avant la fin de la session parlementaire.

 

À propos de Force Jeunesse 

Dans une perspective d’équité intergénérationnelle, Force Jeunesse défend les droits et les intérêts de la jeunesse du Québec dans l’élaboration des politiques publiques. De manière non partisane, Force Jeunesse fait la promotion de la place des jeunes dans les sphères décisionnelles, catalyse les forces du milieu de la jeunesse et crée des espaces d’échanges pour la relève. 

À propos du Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec

Depuis 1992, le Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec soutient un réseau de 46 jeunes chambres de commerce et d’ailes jeunesse à travers le Québec, et porte la voix de plus de 13 000 professionnels, de cadres, de travailleurs autonomes et d’entrepreneurs âgés de 18 à 40 ans dont 15 organisations issues de communautés culturelles. Le RJCCQ a comme objectif principal de soutenir et faire rayonner les jeunes gens d’affaires dans leur écosystème. www.rjccq.com

 

-30-

 

SOURCE: Force Jeunesse

 

INFORMATIONS

Étienne Racine

514 923-2349

eracine@tactconseil.ca


Étude détaillée du projet de loi 14 - De meilleures conditions de travail pour les stagiaires : un outil de plus pour lutter contre la pénurie de main-d’œuvre

PARTAGER L'ARTICLE

15.02.2022

PROJET DE LOI 14

Étude détaillée du projet de loi 14

De meilleures conditions de travail pour les stagiaires : un outil de plus pour lutter contre la pénurie de main-d’œuvre

Québec, le 15 février 2022 – Force Jeunesse et ses partenaires, l’Union Étudiante du Québec (UEQ) et la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), réitèrent l’importance de réhausser les conditions de travail des stagiaires, à l’occasion du début de l’étude détaillée du projet de loi 14 (PL14), Loi visant à assurer la protection des stagiaires en milieu de travail.

Le Québec s’est doté de normes minimales en matière de travail et, selon Force Jeunesse, celles-ci doivent s’appliquer à toutes les personnes sur le marché du travail, y compris les stagiaires. En effet, Force Jeunesse considère que, à défaut d’intégrer les stagiaires à la Loi sur les normes du travail, ce projet de loi devrait comprendre des balises entourant la durée des stages, les heures de travail attendues par semaine, les temps de repos et le besoin d’une compensation financière minimale.

« Comment pouvons-nous justifier aujourd’hui que des dizaines de milliers de personnes travaillent gratuitement et sans encadrement quant aux heures effectuées et aux congés autorisés ? Nous saluons le pas en avant qui est fait avec le PL14, mais ne manquons pas l’occasion d’accorder aux stagiaires des conditions à la hauteur de leur contribution au marché du travail », a déclaré Simon Telles, président de Force Jeunesse.

Alors qu’un manque criant de main-d’œuvre affecte le marché de l’emploi au Québec, l’offre de revenus durant le stage constitue une mesure incitative intéressante ; la mesure mise en place pour les préposés aux bénéficiaires en est un très bon exemple. Force Jeunesse rappelle d’ailleurs que la plupart des stages universitaires réalisés entre 2018 et 2020 étaient concentrés dans des domaines comme la santé (48 %) et l’éducation (14 %), des milieux où la demande est particulièrement forte.

Force Jeunesse reconnaît que de tels changements, notamment en ce qui concerne la compensation financière, nécessitent un ajustement de la part des employeurs et suggère donc au gouvernement de mettre en place des programmes pour aider les petites et moyennes entreprises à offrir ces conditions de travail.

L’UEQ, quant à elle, rappelle l’importance des autres protections accordées aux travailleuses et travailleurs mais qui ne sont pas incluses dans la version actuelle du projet de loi :

« Des conditions à la hauteur du travail effectué par les stagiaires, c’est aussi de leur donner accès à des congés longs. Ces protections sont essentielles pour des populations en situation de vulnérabilité, notamment pour les familles accueillant un nouvel enfant, les victimes de violence conjugale et les parents vivant le deuil de leur enfant. » – Jonathan Desroches, président de l’Union étudiante du Québec.

De son côté, la FECQ considère que des conditions de stage décentes permettraient de favoriser la rétention et la diplomation.

« Peut-être que si les stagiaires bénéficiaient des mêmes conditions de travail que les personnes salariées on n’aurait pas besoin de payer les étudiant.es 1500$ par session pour s’assurer qu’ils diplôment », répète Samuel Vaillancourt, président de la FECQ, en faisant allusion au programme de bourses Perspectives Québec.

« Le manque d’information des jeunes sur leurs droits et obligations en matière de travail est un autre enjeu qui nous préoccupe. Si la loi crée un régime distinct pour les stagiaires, les personnes à l’emploi doivent savoir à quel régime elles sont assujetties pour pouvoir exercer leurs droits de protection de façon éclairée », a conclu Simon Telles.

 

À propos de Force Jeunesse 

Dans une perspective d’équité intergénérationnelle, Force Jeunesse défend les droits et les intérêts de la jeunesse du Québec dans l’élaboration des politiques publiques. De manière non partisane, Force Jeunesse fait la promotion de la place des jeunes dans les sphères décisionnelles, catalyse les forces du milieu de la jeunesse et crée des espaces d’échanges pour la relève. 

À propos de la FECQ

La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) représente près de 78 000 étudiantes et étudiants provenant de 27 cégeps répartis sur tout le territoire québécois. Depuis 30 ans, elle contribue à l’amélioration des conditions de vie et d’études de la population étudiante collégiale québécoise en étant la seule organisation à représenter exclusivement leurs intérêts

À propos de l’UEQ

L’Union étudiante du Québec (UEQ) a pour mission de défendre les droits et intérêts de la communauté étudiante universitaire, de ses associations membres et de leurs membres, en promouvant, protégeant et améliorant la condition étudiante et la condition des communautés locales et internationales. Elle compte plus de 91 000 membres universitaires à travers le Québec.

-30-

 

SOURCE: Force Jeunesse

INFORMATIONS

Étienne Racine

514 923-2349

eracine@tactconseil.ca


Dépôt du projet de loi pour les stagiaires : Un pas vers l'avant pour les conditions de stage

PARTAGER L'ARTICLE

02.12.2021

PROJET DE LOI 14

Dépôt du projet de loi pour les stagiaires : Un pas vers l'avant pour les conditions de stage

Québec, le 2 décembre 2021 – Trois ans après les mobilisations de la campagne Stagiaires en solde, le ministre du Travail, Jean Boulet, a finalement déposé le projet de loi 14, Loi visant à assurer la protection des stagiaires en milieu de travail. La Fédération étudiante du Québec (FECQ), l’Union étudiante du Québec (UEQ) et Force Jeunesse saluent cette étape essentielle à la bonification des conditions de stage. Cependant, les trois regroupements continueront de travailler pour que certains éléments manquants soient ajoutés à la loi.

Une première pour les stagiaires

Depuis le début des mobilisations, les regroupements jeunesses demandent un projet de loi garantissant des protections quant au harcèlement, aux violences sexuelles, aux absences longue durée ainsi qu’aux congés sociaux. Les trois organisations reçoivent donc favorablement le projet de loi aujourd’hui, puisque maintes de leurs demandes ont été écoutées, notamment quant au harcèlement psychologique et sexuel et aux congés sociaux :

  • Le droit aux congés fériés;
  • Le droit aux congés de 5 jours pour la naissance ou l’adoption d’un enfant, pour le décès d’un proche;
  • Le droit à un milieu de stage exempt de harcèlement psychologique et sexuel;
  • Le droit à un recours en cas de pratiques interdites;
  • Etc.

« Ce projet de loi offre pour une première fois aux stagiaires, des protections acquises depuis près de 20 ans chez les travailleurs et les travailleuses, affirme Samuel Vaillancourt, président de la FECQ. Ces protections quant aux abus potentiels tombent à point alors qu’on voit dans les médias une recrudescence de situations de violences à caractère sexuel en Enseignement supérieur ».

« Nous accueillons très favorablement le projet de loi 14, qui représente une avancée importante pour de nombreux jeunes entrant sur le marché du travail. Il faudra désormais s’assurer que les protections prévues par la loi s’appliquent au plus grand nombre de lieux de stage », rappelle Simon Telles, président de Force Jeunesse.

Les congés longue durée : grands oubliés du projet de loi

Les trois organisations s’entendent cependant sur le fait que les grands oubliés du projet de loi sont les congés longue durée, dont les congés parentaux, de maternité et de paternité. Sans ces dispositions, les stagiaires devant s’absenter pour une durée prolongée pourraient voir leur parcours scolaire et leur accès à la profession compromis. Il est nécessaire de soulever que l’absence de telles dispositions affectera disproportionnellement les femmes, qui voient déjà leurs conditions de stage moins avantageuses que celles des domaines à prédominance masculine.

« Le projet de loi offre un filet légal aux stagiaires qui étaient autrefois oubliés. Avec l’ajout des congés de longue durée, nous souhaitons que le projet de loi soit adopté avant la fin de la présente session parlementaire de l’Assemblée nationale », selon Samuel Poitras, président de l’Union étudiante du Québec.

Les trois organisations poursuivront le dialogue avec le ministre Boulet afin de s’assurer que le projet de loi soit bonifié en ce sens.

 

À propos de Force Jeunesse 

Dans une perspective d’équité intergénérationnelle, Force Jeunesse défend les droits et les intérêts de la jeunesse du Québec dans l’élaboration des politiques publiques. De manière non partisane, Force Jeunesse fait la promotion de la place des jeunes dans les sphères décisionnelles, catalyse les forces du milieu de la jeunesse et crée des espaces d’échanges pour la relève. 

À propos de la FECQ

La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) représente près de 78 000 étudiantes et étudiants provenant de 27 cégeps répartis sur tout le territoire québécois. Depuis 30 ans, elle contribue à l’amélioration des conditions de vie et d’études de la population étudiante collégiale québécoise en étant la seule organisation à représenter exclusivement leurs intérêts

À propos de l’UEQ

L’Union étudiante du Québec (UEQ) a pour mission de défendre les droits et intérêts de la communauté étudiante universitaire, de ses associations membres et de leurs membres, en promouvant, protégeant et améliorant la condition étudiante et la condition des communautés locales et internationales. Elle compte plus de 91 000 membres universitaires à travers le Québec.

-30-

 

SOURCE: Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ)

INFORMATIONS
Claudie Lévesque, vice-présidente et attachée de presse (FECQ)
(514) 554-0576
vpresidence@fecq.org

Alexandre Ducharme, attaché politique (UEQ)
514 497-2602
politique@unionetudiante.ca

Claire Launay, Directrice générale (Force Jeunesse)
(514) 384-8666
direction@forcejeunesse.qc.ca


Mise à jour économique: la tendance se maintient

PARTAGER L'ARTICLE

26.11.2021

MISE À JOUR BUDGÉTAIRE PROVINCIALE 2021

La tendance se maintient

Montréal, le 26 novembre 2021 – À la suite de la mise à jour budgétaire du gouvernement du Québec, Force Jeunesse souhaite rappeler ses principales recommandations issues de ses priorités annuelles. 

« Manifestement, peu de mesures proposées par la jeunesse québécoise ont été considérées dans la mise à jour budgétaire, a mentionné Simon Telles, président de Force Jeunesse. En ces temps de pénurie de main-d’œuvre, il est primordial que les mesures de rétention des travailleurs et travailleuses ne soient pas mises en place au détriment des jeunes. Nous espérons que le budget 2022-2023 prendra en compte les intérêts de la jeunesse québécoise sur le marché du travail, mais également en matière d’équité intergénérationnelle dans les finances publiques, d’environnement et de logement. »

Le Fonds des générations : à surveiller

Néanmoins, Force Jeunesse se réjouit que le Fonds des générations (« le Fonds ») demeure un outil de choix dans la stratégie du gouvernement quant à la gestion de la dette du Québec. Rappelons que Force Jeunesse a milité activement pour la création du Fonds afin d’assurer l’équité intergénérationnelle en matière de finances publiques et c’est dans cette perspective que nous surveillerons de près l’ouverture de la loi. Nous espérons notamment que des consultations ciblées seront organisées en amont des travaux parlementaires pour que la révision de la loi desserve au mieux les générations futures.

Financement de la santé : voir au-delà des transferts canadiens en santé 

En matière de santé, un des plus grands risques d’équité intergénérationnelle pour notre génération est celui du financement du système à long terme. C’est pourquoi Force Jeunesse appuie la demande du gouvernement d’augmenter à 35 % les transferts fédéraux en santé, mais rappelle, comme l’indique notre recherche, que ce n’est pas une solution à guichet unique pour assurer la pérennité du système de soins. Si nous voulons nous assurer que toutes les générations puissent bénéficier de traitements appropriés, le Québec doit entamer une réflexion nationale sur le financement de la santé à long terme dès maintenant.

Santé mentale : des solutions toujours manquantes

Selon Statistique Canada, 50,1% des jeunes entre 18-34 ans ont rapporté avoir une santé mentale actuelle moins bonne maintenant qu’avant la pandémie, alors que le taux est de 38,6% pour la population générale de 12 ans et plus. Des mesures supplémentaires en ce sens auraient été les bienvenues.

Logement : répondre aux besoins du marché rapidement

Tel que mentionné en mai dernier, Force Jeunesse se réjouit de la bonification du programme Allocation-Logement. Toutefois, nous aurions collectivement intérêt à en augmenter et élargir l’accès pour les jeunes ménages à faible revenu sans enfants. Il est indispensable de penser à des mécanismes pérennes qui assurent une augmentation du nombre de logements locatifs dans nos villes à moyen et long terme. Si nous voulons réduire la hausse des prix et garantir l’accès à des logements abordables, la construction de logements sociaux, communautaires et privés doit effectivement répondre aux besoins du marché. 

Marché du travail : créer des conditions gagnantes pour la rétention

Force Jeunesse applaudit l’introduction d’incitatifs financiers substantiels pour augmenter la diplomation au collégial et à l’université dans les disciplines conduisant à des secteurs d’activité prioritaires aux prises avec un déficit important de main-d’œuvre. Cela dit, il demeure important de porter une attention particulière aux conditions de travail dans ces secteurs, qui constituent un facteur de rétention majeur. 

En ce sens, Force Jeunesse réitère que la jeunesse demeure en attente d’un projet de loi visant à assurer des protections légales pour les stagiaires. De telles protections créeraient des conditions favorables à l’entrée sur le marché du travail de nombreux jeunes.

Suite à la réforme du Programme de l’Expérience Québécoise (PEQ), il est plus difficile de retenir les étudiants étrangers au Québec par rapport à d’autres provinces comme l’Ontario; il est donc nécessaire de mettre en place des mesures leur permettant d’intégrer le marché du travail de façon durable.

Environnement : aucune mesure additionnelle

Force Jeunesse est déçue que l’environnement soit toujours négligé dans le budget du Québec alors que le gouvernement était pourtant bien représenté à la COP26. La crise climatique n’a jamais été plus urgente et nous nous devons de faire plus en matière environnementale, et ce, de manière transversale. Par exemple, des crédits d’impôt ou des incitatifs financiers pourraient être offerts aux entreprises respectant des critères de développement durable et qui agissent en ce sens. L’environnement demeure une priorité pour notre génération, qui subira les contrecoups de notre inaction, et il faut que des solutions concrètes et créatives soient mises de l’avant. Le gouvernement aurait d’ailleurs intérêt à diminuer le plafond de la bourse carbone pour permettre au Québec d’atteindre ses cibles.

À propos de Force Jeunesse 

Dans une perspective d’équité intergénérationnelle, Force Jeunesse défend les droits et les intérêts de la jeunesse du Québec dans l’élaboration des politiques publiques. De manière non partisane, Force Jeunesse fait la promotion de la place des jeunes dans les sphères décisionnelles, catalyse les forces du milieu de la jeunesse et crée des espaces d’échanges pour la relève. 

-30-

Contact : Claire Launay, Directrice générale Force Jeunesse, direction@forcejeunesse.qc.ca, 438-825-2210

Source : Force Jeunesse