Dépôt du projet de loi pour les stagiaires : Un pas vers l'avant pour les conditions de stage

PARTAGER L'ARTICLE

02.12.2021

PROJET DE LOI 14

Dépôt du projet de loi pour les stagiaires : Un pas vers l'avant pour les conditions de stage

Québec, le 2 décembre 2021 – Trois ans après les mobilisations de la campagne Stagiaires en solde, le ministre du Travail, Jean Boulet, a finalement déposé le projet de loi 14, Loi visant à assurer la protection des stagiaires en milieu de travail. La Fédération étudiante du Québec (FECQ), l’Union étudiante du Québec (UEQ) et Force Jeunesse saluent cette étape essentielle à la bonification des conditions de stage. Cependant, les trois regroupements continueront de travailler pour que certains éléments manquants soient ajoutés à la loi.

Une première pour les stagiaires

Depuis le début des mobilisations, les regroupements jeunesses demandent un projet de loi garantissant des protections quant au harcèlement, aux violences sexuelles, aux absences longue durée ainsi qu’aux congés sociaux. Les trois organisations reçoivent donc favorablement le projet de loi aujourd’hui, puisque maintes de leurs demandes ont été écoutées, notamment quant au harcèlement psychologique et sexuel et aux congés sociaux :

  • Le droit aux congés fériés;
  • Le droit aux congés de 5 jours pour la naissance ou l’adoption d’un enfant, pour le décès d’un proche;
  • Le droit à un milieu de stage exempt de harcèlement psychologique et sexuel;
  • Le droit à un recours en cas de pratiques interdites;
  • Etc.

« Ce projet de loi offre pour une première fois aux stagiaires, des protections acquises depuis près de 20 ans chez les travailleurs et les travailleuses, affirme Samuel Vaillancourt, président de la FECQ. Ces protections quant aux abus potentiels tombent à point alors qu’on voit dans les médias une recrudescence de situations de violences à caractère sexuel en Enseignement supérieur ».

« Nous accueillons très favorablement le projet de loi 14, qui représente une avancée importante pour de nombreux jeunes entrant sur le marché du travail. Il faudra désormais s’assurer que les protections prévues par la loi s’appliquent au plus grand nombre de lieux de stage », rappelle Simon Telles, président de Force Jeunesse.

Les congés longue durée : grands oubliés du projet de loi

Les trois organisations s’entendent cependant sur le fait que les grands oubliés du projet de loi sont les congés longue durée, dont les congés parentaux, de maternité et de paternité. Sans ces dispositions, les stagiaires devant s’absenter pour une durée prolongée pourraient voir leur parcours scolaire et leur accès à la profession compromis. Il est nécessaire de soulever que l’absence de telles dispositions affectera disproportionnellement les femmes, qui voient déjà leurs conditions de stage moins avantageuses que celles des domaines à prédominance masculine.

« Le projet de loi offre un filet légal aux stagiaires qui étaient autrefois oubliés. Avec l’ajout des congés de longue durée, nous souhaitons que le projet de loi soit adopté avant la fin de la présente session parlementaire de l’Assemblée nationale », selon Samuel Poitras, président de l’Union étudiante du Québec.

Les trois organisations poursuivront le dialogue avec le ministre Boulet afin de s’assurer que le projet de loi soit bonifié en ce sens.

 

À propos de Force Jeunesse 

Dans une perspective d’équité intergénérationnelle, Force Jeunesse défend les droits et les intérêts de la jeunesse du Québec dans l’élaboration des politiques publiques. De manière non partisane, Force Jeunesse fait la promotion de la place des jeunes dans les sphères décisionnelles, catalyse les forces du milieu de la jeunesse et crée des espaces d’échanges pour la relève. 

À propos de la FECQ

La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) représente près de 78 000 étudiantes et étudiants provenant de 27 cégeps répartis sur tout le territoire québécois. Depuis 30 ans, elle contribue à l’amélioration des conditions de vie et d’études de la population étudiante collégiale québécoise en étant la seule organisation à représenter exclusivement leurs intérêts

À propos de l’UEQ

L’Union étudiante du Québec (UEQ) a pour mission de défendre les droits et intérêts de la communauté étudiante universitaire, de ses associations membres et de leurs membres, en promouvant, protégeant et améliorant la condition étudiante et la condition des communautés locales et internationales. Elle compte plus de 91 000 membres universitaires à travers le Québec.

-30-

 

SOURCE: Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ)

INFORMATIONS
Claudie Lévesque, vice-présidente et attachée de presse (FECQ)
(514) 554-0576
vpresidence@fecq.org

Alexandre Ducharme, attaché politique (UEQ)
514 497-2602
politique@unionetudiante.ca

Claire Launay, Directrice générale (Force Jeunesse)
(514) 384-8666
direction@forcejeunesse.qc.ca


Mise à jour économique: la tendance se maintient

PARTAGER L'ARTICLE

26.11.2021

MISE À JOUR BUDGÉTAIRE PROVINCIALE 2021

La tendance se maintient

Montréal, le 26 novembre 2021 – À la suite de la mise à jour budgétaire du gouvernement du Québec, Force Jeunesse souhaite rappeler ses principales recommandations issues de ses priorités annuelles. 

« Manifestement, peu de mesures proposées par la jeunesse québécoise ont été considérées dans la mise à jour budgétaire, a mentionné Simon Telles, président de Force Jeunesse. En ces temps de pénurie de main-d’œuvre, il est primordial que les mesures de rétention des travailleurs et travailleuses ne soient pas mises en place au détriment des jeunes. Nous espérons que le budget 2022-2023 prendra en compte les intérêts de la jeunesse québécoise sur le marché du travail, mais également en matière d’équité intergénérationnelle dans les finances publiques, d’environnement et de logement. »

Le Fonds des générations : à surveiller

Néanmoins, Force Jeunesse se réjouit que le Fonds des générations (« le Fonds ») demeure un outil de choix dans la stratégie du gouvernement quant à la gestion de la dette du Québec. Rappelons que Force Jeunesse a milité activement pour la création du Fonds afin d’assurer l’équité intergénérationnelle en matière de finances publiques et c’est dans cette perspective que nous surveillerons de près l’ouverture de la loi. Nous espérons notamment que des consultations ciblées seront organisées en amont des travaux parlementaires pour que la révision de la loi desserve au mieux les générations futures.

Financement de la santé : voir au-delà des transferts canadiens en santé 

En matière de santé, un des plus grands risques d’équité intergénérationnelle pour notre génération est celui du financement du système à long terme. C’est pourquoi Force Jeunesse appuie la demande du gouvernement d’augmenter à 35 % les transferts fédéraux en santé, mais rappelle, comme l’indique notre recherche, que ce n’est pas une solution à guichet unique pour assurer la pérennité du système de soins. Si nous voulons nous assurer que toutes les générations puissent bénéficier de traitements appropriés, le Québec doit entamer une réflexion nationale sur le financement de la santé à long terme dès maintenant.

Santé mentale : des solutions toujours manquantes

Selon Statistique Canada, 50,1% des jeunes entre 18-34 ans ont rapporté avoir une santé mentale actuelle moins bonne maintenant qu’avant la pandémie, alors que le taux est de 38,6% pour la population générale de 12 ans et plus. Des mesures supplémentaires en ce sens auraient été les bienvenues.

Logement : répondre aux besoins du marché rapidement

Tel que mentionné en mai dernier, Force Jeunesse se réjouit de la bonification du programme Allocation-Logement. Toutefois, nous aurions collectivement intérêt à en augmenter et élargir l’accès pour les jeunes ménages à faible revenu sans enfants. Il est indispensable de penser à des mécanismes pérennes qui assurent une augmentation du nombre de logements locatifs dans nos villes à moyen et long terme. Si nous voulons réduire la hausse des prix et garantir l’accès à des logements abordables, la construction de logements sociaux, communautaires et privés doit effectivement répondre aux besoins du marché. 

Marché du travail : créer des conditions gagnantes pour la rétention

Force Jeunesse applaudit l’introduction d’incitatifs financiers substantiels pour augmenter la diplomation au collégial et à l’université dans les disciplines conduisant à des secteurs d’activité prioritaires aux prises avec un déficit important de main-d’œuvre. Cela dit, il demeure important de porter une attention particulière aux conditions de travail dans ces secteurs, qui constituent un facteur de rétention majeur. 

En ce sens, Force Jeunesse réitère que la jeunesse demeure en attente d’un projet de loi visant à assurer des protections légales pour les stagiaires. De telles protections créeraient des conditions favorables à l’entrée sur le marché du travail de nombreux jeunes.

Suite à la réforme du Programme de l’Expérience Québécoise (PEQ), il est plus difficile de retenir les étudiants étrangers au Québec par rapport à d’autres provinces comme l’Ontario; il est donc nécessaire de mettre en place des mesures leur permettant d’intégrer le marché du travail de façon durable.

Environnement : aucune mesure additionnelle

Force Jeunesse est déçue que l’environnement soit toujours négligé dans le budget du Québec alors que le gouvernement était pourtant bien représenté à la COP26. La crise climatique n’a jamais été plus urgente et nous nous devons de faire plus en matière environnementale, et ce, de manière transversale. Par exemple, des crédits d’impôt ou des incitatifs financiers pourraient être offerts aux entreprises respectant des critères de développement durable et qui agissent en ce sens. L’environnement demeure une priorité pour notre génération, qui subira les contrecoups de notre inaction, et il faut que des solutions concrètes et créatives soient mises de l’avant. Le gouvernement aurait d’ailleurs intérêt à diminuer le plafond de la bourse carbone pour permettre au Québec d’atteindre ses cibles.

À propos de Force Jeunesse 

Dans une perspective d’équité intergénérationnelle, Force Jeunesse défend les droits et les intérêts de la jeunesse du Québec dans l’élaboration des politiques publiques. De manière non partisane, Force Jeunesse fait la promotion de la place des jeunes dans les sphères décisionnelles, catalyse les forces du milieu de la jeunesse et crée des espaces d’échanges pour la relève. 

-30-

Contact : Claire Launay, Directrice générale Force Jeunesse, direction@forcejeunesse.qc.ca, 438-825-2210

Source : Force Jeunesse


Rencontres Action Jeunesse: la jeunesse fait valoir ses priorités pour la prochaine élection provinciale

PARTAGER L'ARTICLE

22.11.2021

RENCONTRES ACTION JEUNESSE

Rencontres Action Jeunesse: la jeunesse fait valoir ses priorités pour la prochaine élection provinciale

Québec, le 22 novembre 2021 – Force Jeunesse donne aujourd’hui le coup d’envoi de la cinquième édition des Rencontres Actions Jeunesse (RAJ) qui se déroulera sur la colline parlementaire de Québec jusqu’au 24 novembre prochain. Il s’agit du plus important événement de représentations politiques chez les 18-35 ans, qui réunit sur place une trentaine d’organisations jeunesse œuvrant dans des secteurs variés. Les groupes participants iront ainsi à la rencontre de membres de l’Assemblée nationale, de ministres et de titulaires de charge publique, pour présenter leurs priorités en cette année préélectorale.

Parmi les enjeux traités au cours des RAJ, il sera notamment question de logement et d’accès à la propriété, de santé psychologique, d’éducation, de l’implication des jeunes dans l’élaboration des politiques publiques, d’encadrement du télétravail et du droit à la déconnexion.

« Événement à succès depuis maintenant 5 ans, les RAJ sont d’autant plus nécessaires cette année, alors que la pandémie a profondément transformé plusieurs aspects de la vie des jeunes. Une situation qui renforce leur motivation à partager leurs préoccupations auprès des différentes formations politiques en prévision des prochaines élections », a mentionné Simon Telles, président de Force Jeunesse. « L’édition de cette année présente également l’occasion de stimuler les échanges et de raviver en personne la collaboration entre le politique et la jeunesse québécoise, après une année et demie plus difficile en raison de la crise ».

Essentiellement, les RAJ visent à perfectionner les connaissances des jeunes quant au fonctionnement de nos institutions démocratiques et les rouages parlementaires. Au cours des dernières années, les RAJ ont mené à des réalisations concrètes, telles que le financement de projets porteurs pour la communauté, à des interpellations de ministres à l’Assemblée nationale sur des enjeux touchant les jeunes et à l’établissement de relations durables entre des élus et groupes jeunes.

Programmation diversifiée : différents forums d’échanges avec les élus

En plus de la traditionnelle semaine de rencontres avec les élus, un programme de formation s’étalant sur plusieurs mois et chapeauté par Force Jeunesse en collaboration avec TACT Intelligence conseil est également offert aux organisations participantes pour les accompagner dans la préparation et la conduite de leurs revendications.

Au cours de ces trois jours d’événements, plusieurs activités sont prévues en marge des rencontres politiques, dont un panel de discussion avec Éric Caire, ministre responsable de l’Accès à l’information et de la Protection des renseignements personnels, un panel d’experts en direct de la période de questions ainsi qu’un cocktail en présence d’élus, de titulaires de charges publiques et des organisations participantes.

Liste des organisations participantes

  • Aile Jeunesse du Chantier de l’économie sociale
  • Association des étudiants aux cycles supérieurs de HEC Montréal (AECSHEC)
  • Citoyenneté Jeunesse
  • Collectif “Nous”
  • Comité jeunesse de l’Ordre des infirmières et infirmiers de Montréal/Laval
  • Confédération des Associations d’étudiants et étudiantes de l’Université Laval (CADEUL)
  • Confédération pour le rayonnement étudiant en ingénierie au Québec (CRÉIQ)
  • Fédération de la relève agricole du Québec (FRAQ)
  • Fédération des associations étudiantes du campus de l’Université de Montréal (FAECUM)
  • Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ)
  • Fédération médicale étudiante du Québec (FMEQ)
  • Forum de la relève étudiante pour la santé au Québec (FRESQUE)
  • Forum jeunesse de l’île de Montréal
  • Hoodstock
  • Jeune Barreau de Montréal
  • Jeune Barreau de Québec
  • Jeune chambre de commerce de Montréal
  • Le Québec c’est nous aussi
  • Les 3 sex
  • Qarjuit Youth Council
  • Réseau des carrefours jeunesse-emploi du Québec (RCJEQ)
  • Regroupement étudiant de maîtrise, diplôme et doctorat de l’Université de Sherbrooke (REMDUS)
  • Union étudiante du Québec (UEQ)
  • Unité de travail pour l’implantation de logement étudiant (UTILE)

 

À propos des Rencontres Action Jeunesse

Les Rencontres Action Jeunesse (RAJ) sont une initiative de participation citoyenne née d’un partenariat entre le Secrétariat à la jeunesse et Force Jeunesse, permettant aux jeunes de sensibiliser les décideurs publics québécois aux enjeux qui les concernent. Chaque année, une trentaine d’associations œuvrant dans des secteurs variés se présentent sur la colline parlementaire dans le cadre des RAJ afin de partager leurs préoccupations et projets avec différents décideurs publics.

À propos de Force Jeunesse

Dans une perspective d’équité intergénérationnelle, Force Jeunesse défend les droits et les intérêts de la jeunesse du Québec dans l’élaboration des politiques publiques. De manière non partisane, Force Jeunesse fait la promotion de la place des jeunes dans les sphères décisionnelles, catalyse les forces du milieu de la jeunesse et crée des espaces d’échanges pour la relève.

 

– 30 –

RSVP et entrevues :

Étienne Racine

Cellulaire : 514 923-2349      

eracine@tactconseil.ca

 

Source : Force Jeunesse


Dépôt du projet de loi 4 modifiant la Loi sur la gouvernance des sociétés d'État: Une avancée importante pour la jeunesse du Québec

PARTAGER L'ARTICLE


26.10.2021

DÉPÔT DU PROJET DE LOI 4

Dépôt du projet de loi 4 modifiant la Loi sur la gouvernance des sociétés d'État: une avancée importante pour la jeunesse du Québec

Montréal, Le 26 octobre 2021Force Jeunesse accueille favorablement le projet de loi déposé par le ministre des Finances, Éric Girard, qui vient à nouveau moderniser la gouvernance des sociétés d’État québécoises. Force Jeunesse avait d’ailleurs joué un rôle de premier plan afin de favoriser la présence des jeunes aux conseils d’administration de ces sociétés en 2016. C’est pourquoi elle se réjouit que 23 sociétés d’États supplémentaires soient maintenant assujetties à cette loi. 

 « Avec ce projet de loi, le gouvernement reconnaît la compétence des jeunes sur de nombreux enjeux et leur donne l’opportunité d’en faire profiter plus d’une vingtaine d’institutions additionnelles qui ont un impact majeur au Québec », s’est réjoui Simon Telles, président de Force Jeunesse. 

D’après un rapport du Secrétariat à la jeunesse publié au printemps dernier, l’âge moyen des membres des Conseils d’administration sur les sociétés d’État était de 56,7 ans en 2018, avec seulement 4 % d’administratrices et administrateurs âgés de 35 ans et moins. Force Jeunesse, qui défend les droits et les intérêts de la jeunesse du Québec dans l’élaboration des politiques publiques, voit donc dans ce projet de loi une avancée importante pour assurer davantage de représentativité dans ces sphères décisionnelles.

Il importe maintenant de s’assurer que l’accès à ces lieux de décision soit ouvert aux jeunes de tous les horizons, notamment en garantissant une transparence dans le processus de sélection des futurs jeunes administratrices et administrateurs, tout en s’assurant d’une réelle diversité des candidatures étudiées et retenues. Une offre de formation accessible à un plus grand nombre de futurs administrateurs publics fait également partie des solutions que propose Force Jeunesse à cet effet.

« Les jeunes ont des idées et des solutions pertinentes à apporter aux tables de décisions, mais il est important que la relève, dans toute sa diversité, dispose des meilleurs outils pour contribuer de manière efficace à ces institutions. La prochaine étape est donc de rendre plus accessible la formation de nouvelles administratrices et administrateurs », a ajouté Simon Telles.

 

À propos de Force Jeunesse 

Dans une perspective d’équité intergénérationnelle, Force Jeunesse défend les droits et les intérêts de la jeunesse du Québec dans l’élaboration des politiques publiques. De manière non partisane, Force Jeunesse fait la promotion de la place des jeunes dans les sphères décisionnelles, catalyse les forces du milieu de la jeunesse et crée des espaces d’échanges pour la relève. 

-30- 

INFORMATIONS

Claire Launay
Force Jeunesse
direction@forcejeunesse.qc.ca
438-825-2210

 

Source : Force Jeunesse


Appel à candidatures: Trésorerie

PARTAGER L'ARTICLE


21.10.2021

POSTE À COMBLER

Appel à candidatures : Trésorerie

Tu souhaites rejoindre une équipe motivée et passionnée d’affaires publiques, qui défend l’équité intergénérationnelle au Québec? Force Jeunesse est à la recherche d’une personne pouvant combler le poste de la vice-présidence à la trésorerie, et ainsi rejoindre le Conseil d’Administration!

Poste : Vice-présidence à la trésorerie
Type : Bénévole
Date d’entrée en poste : dès que possible
Date limite de dépôt des candidatures : 3 novembre 2021

Responsabilités

La personne à la Vice-présidence à la trésorerie:

  • planifie l’année financière de Force Jeunesse et établit à cette fin son budget annuel.
  • veille à l’équilibre de ce budget au cours de l’année, et voit à la tenue des états financiers, des livres comptables de l’organisme ainsi qu’aux affaires financières courantes de l’organisme.
  • soumet au Conseil d’administration les états des revenus et dépenses de l’organisme et rend compte de sa situation financière.

À propos de Force Jeunesse

Dans une perspective d’équité intergénérationnelle, Force Jeunesse défend les droits et les intérêts de la jeunesse du Québec dans l’élaboration des politiques publiques. De manière non partisane, Force Jeunesse fait la promotion de la place des jeunes dans les sphères décisionnelles, catalyse les forces du milieu de la jeunesse et crée des espaces d’échanges pour la relève.

 

Les candidatures seront reçues jusqu’au 3 novembre 2021 à midi. Veuillez transmettre votre CV et votre lettre de présentation en un seul et unique fichier PDF sous le format NOM_PRENOM.pdf à direction@forcejeunesse.qc.ca.


Élections municipales 2021 - La jeunesse montréalaise interpelle les personnes candidates à la mairie

PARTAGER L'ARTICLE


12.10.2021

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2021

Élections municipales 2021 : La jeunesse montréalaise interpelle les personnes candidates à la mairie

MONTRÉAL, le 12 oct. 2021 – À seulement quelques semaines des élections municipales, plusieurs organisations jeunesse à Montréal ont joint leurs forces pour permettre aux jeunes de la ville de connaître et de questionner les personnes candidates à la mairie.

L’événement de ce soir, qui se déroulera à la fois au Campus MIL de l’Université de Montréal et de manière virtuelle, permettra aux chefs et à la cheffe des partis en lice de présenter leurs plateformes et d’échanger sur les enjeux qui interpellent la jeunesse montréalaise, tels que le logement, la mobilité, l’environnement, la place des jeunes et les enjeux de diversité et d’inclusion.

« Les enjeux relatifs aux jeunes racisé-es et/ou immigrant-es sont fondamentaux pour le CIM. Il est primordial que ceux-ci soient considérés et mis de l’avant par les candidat-es à la mairie de Montréal afin que l’ensemble de la diversité montréalaise se sente interpellée et représentée », mentionne Souleymane Guissé, président du Conseil interculturel de Montréal.

« Cet événement s’inscrit dans la mission du CjM de mettre de l’avant les priorités de la jeunesse et par le fait même avoir un impact positif sur la participation électorale des jeunes Montréalais-esRappelons que lors des élections de 2017, à peine un jeune de 18 à 25 ans sur quatre a voté.», explique Benjamin Herrera, président du Conseil jeunesse de Montréal.

« C’est important que la communauté étudiante entende les idées des personnes candidates sur les enjeux qui la concernent et qui lui tiennent à cœur, comme le logement étudiant, le transport collectif et le transport actif. » explique Marie-Hélène Rivest, secrétaire générale de la Fédération des associations étudiantes du campus de l’Université de Montréal.

« La meilleure façon de s’assurer que les préoccupations de la jeunesse soient prises en compte dans les politiques publiques, c’est de faire en sorte que les jeunes aient accès à ces sphères décisionnelles. C’est pourquoi il faut créer ces espaces d’échanges pour que les enjeux des jeunes soient entendus », explique Simon Telles, président de Force Jeunesse.

« On espère que les échanges iront plus loin que la partisanerie et seront axés sur des projets qui répondent concrètement aux préoccupations des jeunes afin de les inciter à prendre part à la vie démocratique municipale, qui est un palier souvent moins bien connu », affirme Powen-Alexandre Morin, président du Forum jeunesse de l’île de Montréal.

« Les actions de la prochaine administration façonneront  encore plus  la société, au lendemain d’une pandémie mondiale. La relève d’affaires suivra les efforts pour garantir une relance économique verte, inclusive et socialement équitable » affirme Déborah Cherenfant, présidente et porte-parole de la Jeune chambre de commerce de Montréal.

Les personnes inscrites à l’événement pourront ainsi échanger avec les candidates et candidats à la mairie de Montréal suivants :

  • Gilbert Thibodeau, Action Montréal ;
  • Denis Coderre, Ensemble Montréal ;
  • Balarama Holness, Mouvement Montréal ;
  • Valérie Plante, Projet Montréal.

 

À propos du Conseil interculturel de Montréal

Le Conseil interculturel de Montréal est une instance consultative créée en 2003 qui a pour mandat de conseiller le conseil municipal sur des enjeux liés aux relations interculturelles afin de favoriser l’intégration et la participation des membres des communautés d’origines diverses.

À propos du Conseil jeunesse de Montréal

Le Conseil jeunesse de Montréal est une instance consultative créée en 2003 qui a pour mandat de conseiller le conseil municipal sur toute question relative à la jeunesse et d’assurer la prise en compte des préoccupations des jeunes de 12 à 30 ans dans les décisions de l’administration municipale.

À propos de la Fédération des associations étudiantes du campus de l’Université de Montréal (FAÉCUM)

La Fédération des associations étudiantes du campus de l’Université de Montréal (FAÉCUM) représente 40 000 membres de la  communauté étudiante de l’Université de Montréal. Elle a pour mission la défense des droits et des  intérêts de ses membres sur les plans académique, social, économique, culturel et politique.

À propos de Force Jeunesse 

Créé en 1998, Force Jeunesse est un regroupement de jeunes travailleurs visant la défense et l’amélioration des conditions de travail et des perspectives d’emploi de la relève dont les membres sont à la fois des associations et des individus. L’équité intergénérationnelle et une préoccupation pour l’avenir collectif de notre société sont au cœur des valeurs défendues par l’organisation. Pour en savoir plus, visitez forcejeunesse.qc.ca et suivez-nous sur Facebook, LinkedIn, Twitter et Instagram.

À propos du Forum jeunesse de l’île de Montréal

Depuis 2000, le FJÎM rassemble les jeunes à travers la concertation afin d’amplifier leurs voix, de stimuler la participation citoyenne et de faire émerger des initiatives structurantes par et pour les jeunes. Le FJÎM représente près de 500 membres organisationnels et à titre individuel, œuvrant dans des secteurs d’activités variés.

À propos de la Jeune chambre de commerce de Montréal

La Jeune Chambre de commerce de Montréal (JCCM) a comme mission de développer, représenter et faire rayonner la relève d’affaires. Elle est un regroupement de cadres, professionnels et professionnelles, travailleurs et travailleuses autonomes, entrepreneurs et entrepreneures ou encore d’étudiantes et étudiants âgés de 18 à 40 ans.

-30- 

INFORMATIONS

Claire Launay | Force Jeunesse | direction@forcejeunesse.qc.ca | 438-825-2210

 

Source : Force Jeunesse


Santé et sécurité au travail : et les jeunes ?

PARTAGER L'ARTICLE


01.10.2021

ADOPTION DU PROJET DE LOI 59

Santé et sécurité au travail : et les jeunes ?

Montréal, Le 1er octobre 2021 – Force Jeunesse (l’« organisation ») exprime sa déception quant à l’adoption du projet de loi 59, dans sa forme finale, hier à l’Assemblée nationale. L’organisation, qui défend les droits et les intérêts de la jeunesse du Québec dans l’élaboration des politiques publiques, salue l’assujettissement des stagiaires à la loi sur la santé et la sécurité au travail, mais déplore le flou dans la responsabilité quant à l’indemnisation et à la prévention pour le personnel d’agence ainsi que le manque d’indemnisation pour les problèmes psychologiques.

Le projet de loi 59 a permis d’amender plusieurs articles quant à la prévention de la santé mentale au travail. Toutefois, le manque d’harmonisation entre les mécanismes de prévention et les mécanismes d’indemnisation relève une incohérence importante du projet de loi pour Force Jeunesse.

« Si nous reconnaissons le besoin de surveiller les risques psychosociaux et d’adapter nos pratiques de travail pour protéger l’intégrité psychique des travailleurs et travailleuses, comment pouvons-nous justifier le manque d’indemnisation pour les problèmes de santé mentale découlant du travail? », a questionné Simon Telles, président de Force Jeunesse

Bien que l’organisation accueille favorablement l’inclusion des stagiaires, clarifiant ainsi leurs droits en matière de santé et sécurité du travail, il est désolant de constater que le personnel d’agence, où les personnes de moins de 35 ans représentent une portion importante de la main-d’oeuvre, n’a pas eu le même traitement, alors que ce groupe est surreprésenté en matière de lésions professionnelles.

Enfin, en dépit des préjugés quant à l’intention des jeunes de travailler, Force Jeunesse rappelle que les moins de 35 ans représentent près du tiers de la main-d’œuvre québécoise et que, dans certains secteurs comme l’hébergement et les services de restauration, ils en constituent une part importante. 

« Le manque d’information des jeunes sur leurs droits et obligations en matière de travail ainsi que la tendance à la hausse des lésions professionnelles chez les moins de 24 ans ne peuvent que nous forcer à vouloir améliorer les pratiques en matière de gestion de la santé et sécurité dans les organisations. Nous pensons que l’intégration des jeunes dans le développement des pratiques de prévention permettrait non seulement d’assurer une meilleure représentativité et la formation d’une relève compétente et avertie, mais également de considérer les enjeux de santé et sécurité du travail qui leur sont propres », a ajouté Simon Telles.

 

À propos de Force Jeunesse 

Créé en 1998, Force Jeunesse est un regroupement de jeunes travailleurs visant la défense et l’amélioration des conditions de travail et des perspectives d’emploi de la relève dont les membres sont à la fois des associations et des individus. L’équité intergénérationnelle et une préoccupation pour l’avenir collectif de notre société sont au cœur des valeurs défendues par l’organisation. Pour en savoir plus, visitez forcejeunesse.qc.ca et suivez-nous sur Facebook, LinkedIn, Twitter et Instagram.

 

-30- 

INFORMATIONS

Claire Launay
Force Jeunesse
direction@forcejeunesse.qc.ca
438-825-2210

 

Source : Force Jeunesse


Élections fédérales et municipales 2021: la jeunesse au rendez-vous

PARTAGER L'ARTICLE


16.09.2021

VOTE DES JEUNES

Élections fédérales et municipales 2021: la jeunesse au rendez-vous

QUÉBEC, Le 16 septembre 2021 – Alors que la période de vote par anticipation pour les élections fédérales touche à sa fin, Citoyenneté Jeunesse, Force Jeunesse et plusieurs dizaines de partenaires du milieu de la jeunesse s’allient dans une campagne à travers tout le Québec, intitulée #LaJeunesseVote, afin d’encourager les jeunes à faire entendre leur voix le 20 septembre et le 7 novembre prochains dans le cadre des élections fédérales et municipales.

L’année 2021 présentant deux occasions d’aller aux urnes, la campagne #LaJeunesseVote se déroule jusqu’aux élections municipales afin d‘atteindre un taux de participation élevé chez les jeunes. Plus que jamais, leurs intérêts doivent être reflétés dans les sphères fédérales et municipales.

« Les politiques de demain sont élaborées aujourd’hui. Les jeunes ont donc la responsabilité d’élire des personnes alignées avec la vision qu’ils et elles veulent pour le Canada et pour leur ville », explique Simon Telles, président de Force Jeunesse. L’organisation a d’ailleurs organisé un débat fédéral le 31 août dernier portant sur des enjeux qui touchent directement la jeunesse comme le logement, l’environnement, la place des jeunes dans les instances décisionnelles et les finances publiques.  

« Peu importe leurs couleurs politiques, les jeunes doivent faire entendre leur voix. On ne peut simplement pas se passer de la participation de la jeunesse lors des élections fédérales et municipales à venir », mentionne Rosie Kasongo, administratrice de Citoyenneté jeunesse. Sur le terrain, Citoyenneté jeunesse offre également  des trousses d’animation pour initier une discussion de fond sur l’importance de la démocratie et pour sensibiliser à la participation citoyenne chez les jeunes.

 

À propos de Force Jeunesse 

Créé en 1998, Force Jeunesse est un regroupement de jeunes travailleurs visant la défense et l’amélioration des conditions de travail et des perspectives d’emploi de la relève dont les membres sont à la fois des associations et des individus. L’équité intergénérationnelle et une préoccupation pour l’avenir collectif de notre société sont au cœur des valeurs défendues par l’organisation. Pour en savoir plus, visitez forcejeunesse.qc.ca et suivez-nous sur Facebook, LinkedIn, Twitter et Instagram.

 

À propos de Citoyenneté jeunesse

Citoyenneté jeunesse est une organisation à but non lucratif qui a pour principale mission de concerter ses membres en vue d’amplifier la voix et les opinions des jeunes de 35 ans et moins et d’aspirer à leur pleine représentation dans les lieux décisionnels et de pouvoir. En tout temps, l’organisation agit de manière transpartisane et participe activement aux efforts d’éducation et de participation citoyenne suivant la philosophie du Par et Pour les jeunes.

-30- 

INFORMATIONS

Claire Launay
Force Jeunesse
direction@forcejeunesse.qc.ca
438-825-2210

 

Source : Force Jeunesse


Rentrée parlementaire à l'Assemblée nationale: la jeunesse rappelle ses priorités

PARTAGER L'ARTICLE


07.09.2021

PROJET DE LOI SUR LA PROTECTION DES STAGIAIRES

Rentrée parlementaire à l'Assemblée nationale: la jeunesse rappelle ses priorités

QUÉBEC, 7 septembre 2021 – À l’aube de la rentrée parlementaire de l’automne, la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), l’Union étudiante du Québec (UEQ) et Force Jeunesse rappellent au ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité Sociale, Jean Boulet, que la jeunesse est toujours en attente d’un projet de loi visant à assurer des protections légales pour les stagiaires, un engagement constamment repoussé par le ministre.

 

Un engagement repoussé depuis deux ans

Au printemps 2019, à la suite de mobilisation de la jeunesse, le ministre Boulet s’est engagé à assurer de meilleures protections légales aux stagiaires par le biais d’un projet de loi leur étant exclusivement dédié. Ce projet de loi, qui devait garantir des protections quant au harcèlement, aux violences sexuelles, aux absences de longue durée ainsi qu’aux congés parentaux, devaient être déposé à l’automne 2019. Deux ans plus tard, aucun projet de loi n’est encore déposé et les stagiaires attendent toujours d’avoir des conditions davantage stables.

« Pour les organisations jeunesses, c’est une priorité que le ministre Boulet travaille à améliorer les conditions de stage des étudiant.e.s afin que celles-ci soient adéquates. C’est avant tout une question de protection contre le harcèlement et la violence qui ne peut plus attendre. », rappelle Samuel Vaillancourt, président de la FECQ.

 

Des conditions minimales pour garantir la réussite

Si le projet de loi 59, qui permet aux stagiaires d’être protégé.es par la Loi sur la Santé et la Sécurité au travail, entraîne une diminution de l’inégalité frappante qui existait entre les personnes travailleuses et les stagiaires, notons qu’il reste encore du travail à faire pour que les conditions des stagiaires soient adéquates.

« Il est essentiel que les stagiaires soient protégé.es des abus potentiels, du harcèlement ainsi que des violences sexuelles, entre autres, pour garantir des conditions d’étude minimales aux stagiaires », affirme Simon Telles, président de Force Jeunesse.

Les organisations jeunesses rappellent donc au ministre Boulet l’urgence de déposer un projet de loi strictement dédié aux conditions de stage des personnes étudiantes afin de s’assurer qu’elles puissent évoluer dans des milieux sécuritaires. « Pour que le ministre respecte ses engagements, le projet de loi doit être déposé cet automne afin qu’il soit adopté avant les élections 2022, sans quoi les conditions des stagiaires seront encore oubliées », conclut Samuel Poitras, président de l’Union étudiante du Québec.

 

À propos de Force Jeunesse 

Créé en 1998, Force Jeunesse est un regroupement de jeunes travailleurs visant la défense et l’amélioration des conditions de travail et des perspectives d’emploi de la relève dont les membres sont à la fois des associations et des individus. L’équité intergénérationnelle et une préoccupation pour l’avenir collectif de notre société sont au cœur des valeurs défendues par l’organisation. Pour en savoir plus, visitez forcejeunesse.qc.ca et suivez-nous sur Facebook, LinkedIn, Twitter et Instagram.

À propos de la FECQ

La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) représente près de 78 000 étudiantes et étudiants provenant de 27 cégeps répartis sur tout le territoire québécois. Depuis 30 ans, elle contribue à l’amélioration des conditions de vie et d’études de la population étudiante collégiale québécoise en étant la seule organisation à représenter exclusivement leurs intérêts.

À propos de l’UEQ

L’Union étudiante du Québec (UEQ) a pour mission de défendre les droits et intérêts de la communauté étudiante universitaire, de ses associations membres et de leurs membres, en promouvant, protégeant et améliorant la condition étudiante et la condition des communautés locales et internationales. Elle compte plus de 91 000 membres universitaires à travers le Québec

-30- 

INFORMATIONS

Claudie Lévesque, vice-présidente et attachée de presse (FECQ)
(514) 554-0576 vpresidence@fecq.org

Alexandre Ducharme, attaché politique (UEQ)
514 497-2602 politique@unionetudiante.ca

Claire Launay (Force Jeunesse)
Directrice des opérations
(514) 384-8666 direction@forcejeunesse.qc.ca

 

Source : Force Jeunesse


Élections fédérales 2021: Les partis face à la jeunesse du Québec

PARTAGER L'ARTICLE


31.08.2021

ÉLECTIONS FÉDÉRALES 2021

Élections fédérales 2021: les partis face à la jeunesse du Québec

MONTRÉAL, le 31 août 2021 – Alors que les 18-35 ans subissent également les contrecoups économiques et sociaux de la pandémie, plus d’une centaine de jeunes de tous les horizons politiques ont répondu présents à l’appel de Force Jeunesse qui initie ce soir le premier débat jeunesse de la campagne fédérale au Québec. 

De retour en présentiel après un an et demi de virtuel, ce débat transpartisan est l’occasion de faire entendre les préoccupations des jeunes et d’échanger sur les enjeux qui les touchent, comme le logement, l’environnement, la place des jeunes dans les instances décisionnelles et les finances publiques.  

« Force Jeunesse est fière d’offrir une tribune privilégiée aux jeunes qui sont préoccupés par les décisions qui forgeront leur avenir. Ce débat représente une opportunité en or pour interpeller les partis sur leur vision pour la jeunesse québécoise et sur la façon dont ils envisagent la relance que nous entamons. Pour que les politiques publiques reflètent réellement les aspirations de la relève, nous devons être entendus et être parties prenantes des débats de société. », explique Simon Telles, président de Force Jeunesse. 

Les personnes inscrites à l’événement pourront ainsi échanger avec les candidates et candidats des partis fédéraux qui débattront, soit :

  • Steven Guilbeault, candidat dans Laurier-Sainte-Marie, Parti libéral du Canada;
  • Ève Péclet, candidate dans Outremont, Nouveau Parti démocratique;
  • Steve Shanahan, candidat dans Ville-Marie-Le Sud-Ouest-Île-des-Sœurs, Parti Conservateur du Canada.
  • Shophika Vaithyanathasarma, candidate dans Rosemont-La-Petite-Patrie, Bloc Québécois

 

À propos de Force Jeunesse 

Créé en 1998, Force Jeunesse est un regroupement de jeunes travailleurs visant la défense et l’amélioration des conditions de travail et des perspectives d’emploi de la relève dont les membres sont à la fois des associations et des individus. L’équité intergénérationnelle et une préoccupation pour l’avenir collectif de notre société sont au cœur des valeurs défendues par l’organisation. Pour en savoir plus, visitez forcejeunesse.qc.ca et suivez-nous sur Facebook, LinkedIn, Twitter et Instagram.

-30- 

INFORMATIONS

Alicia Dufour | TACT | Courriel : adufour@tactconseil.ca | Cellulaire : 438-825-3648

 

Source : Force Jeunesse