Budget provincial 2017-2018 : Force Jeunesse réagit au budget Leitao

PARTAGER L'ARTICLE


28.03.2017

BUDGET PROVINCIAL 2017-2018

Force Jeunesse réagit au budget Leitao

Force Jeunesse accueille favorablement le réinvestissement annoncé en éducation dans le budget du Québec, mais reçoit avec inquiétude l’annonce de baisses d’impôts récurrentes qui viendront amputer le portefeuille collectif des Québécois.e.s. Bien que l’organisme juge les réinvestissements timides en comparaison aux coupures des dernières années, il espère que le gouvernement continuera dans cette direction en utilisant la marge de manœuvre dégagée pour l’investir dans les services publics et s’assurer du contrôle de la dette à travers le Fonds des générations.

Pour Force Jeunesse, il était essentiel que le gouvernement donne aux écoles, collèges et universités les moyens nécessaires pour préparer la jeunesse aux défis de demain. Le réinvestissement annoncé est un pas dans la bonne direction, mais il aurait pu être beaucoup plus significatif si le gouvernement avait décidé d’en faire une réelle priorité plutôt que d’annoncer des baisses d’impôts symboliques et prématurées. Ainsi, les 3,4 milliards d’investissements en éducation sont étalés sur 5 ans, dont environ 300 millions pour cette année, ce qui est insuffisant pour répondre aux besoins du réseau.

De plus, pour Force Jeunesse, l’idée de consentir une baisse d’impôts récurrente de 1 milliard, qualifiée par le gouvernement de permanente puisqu’il projette de la renouveler sur 5 ans, est très prématurée. L’organisme estime qu’il est déraisonnable de prendre un tel engagement alors que le Québec est loin d’être à l’abri des soubresauts économiques. En effet, cet engagement s’appuie sur des prévisions optimistes sur la croissance économique des 5 prochaines années, ce sur quoi le gouvernement n’a pas de contrôle. « Québec vient de se dégager une marge de manœuvre, à coût élevé sur le plan social, et il se lance déjà dans des promesses de baisses d’impôts qui le conduisent à priver les générations futures des retombées de ces efforts. Les baisses d’impôts auront un impact très minime pour chacun des contribuables québécois. Par contre, elles viennent amputer directement et de manière permanente le portefeuille collectif de ceux-ci, quelques mois seulement après que le gouvernement ait dressé un portait inquiétant des finances publiques de la province », regrette Nolywé Delannon, présidente de Force Jeunesse.

Toutefois, l’organisme se réjouit que le gouvernement maintienne le cap sur ses investissements dans le Fonds des générations. Administré par la Caisse de dépôts et placements, cet outil est essentiel pour permettre au Québec de contrôler adéquatement sa dette et d’améliorer sa cote de crédit. C’est à long terme que ces efforts porteront leurs fruits en assurant au Québec des conditions favorables pour emprunter sur les marchés financiers et ainsi continuer à investir dans des projets collectifs structurants. « Nous sommes inquiets des critiques des différents groupes d’opposition sur la pertinence de continuer à investir dans le Fonds des générations alors que c’est un fort consensus social qui avait mené à sa création en 2006. Afin de protéger cet outil légitime, nous nous emploierons à en faire un état des lieux et à réfléchir aux éventuels changements qui pourraient être apportés à ses mécanismes de financement et de gouvernance. Dix ans après sa mise en place et compte tenu des sommes de plus en plus importantes qui y sont versées, c’est le moment opportun pour faire un tel bilan », insiste Mme Delannon.


Consultations sur le RRQ : Force Jeunesse présent un mémoire

PARTAGER L'ARTICLE


17.01.2017

Consultations sur le RRQ : Force Jeunesse présent un mémoire

En tant que regroupement de jeunes travailleurs œuvrant à la défense et à l’amélioration des conditions de travail de sa génération dans une perspective d’équité intergénérationnelle, Force Jeunesse s’est systématiquement retrouvée ces dernières années à exprimer l’unique voix jeune dans les commissions parlementaires portant sur la retraite.
Consciente de la responsabilité qui en découle et soucieuse de l’avenir des jeunes travailleurs dont elle défend les droits, mais également de celui des générations futures et des retraités à venir et actuels, Force Jeunesse estime que la bonification apportée au Régime de pensions du Canada (RPC) représente la meilleure des trois options soumises pour consultation par le gouvernement du Québec.

Consultez le mémoire ici.

Voyez la vidéo ici.


Clauses de disparité de traitement : les jeunes libéraux se prononcent massivement pour un resserrement de la loi

PARTAGER L'ARTICLE


13.08.2016

CONDITIONS DE TRAVAIL ET ÉQUITÉ INTERGÉNÉRATIONNELLE

Clauses de disparité de traitement : les jeunes libéraux se prononcent massivement pour un resserrement de la loi

Force Jeunesse désire saluer la position adoptée aujourd’hui lors du congrès de la Commission-Jeunesse du PLQ à l’effet d’interdire formellement toute forme de clauses de disparités de traitement, aussi appelées clauses orphelin, dans les lois du travail. Cette motion, appuyée par une très forte majorité de militants, lance un message clair au gouvernement du Québec qu’il est temps d’agir pour protéger les jeunes travailleurs qui se font offrir des conditions de travail moins avantageuses sur la simple base de leur date d’embauche.

Déjà en 2013, une vaste coalition formée des comités jeunes des syndicats, des associations étudiantes et de Force Jeunesse réclamait une clarification de la Loi sur les normes du travail, dont les dispositions actuelles laissent malgré tout encore place à diverses formes de discrimination envers les jeunes, notamment en permettant aux employeurs de leur offrir des régimes de retraite moins avantageux en fonction de leur date d’embauche. « La présence de telles clauses dans les conventions collectives et dans les contrats d’emploi va à l’encontre du consensus établi au Québec visant à éradiquer toute forme de discrimination fondée sur l’âge dans les milieux de travail. Avec l’appui de l’aile jeunesse de son parti, le gouvernement ne peut plus ignorer la nécessité de clarifier la loi adoptée en 2001 afin qu’elle protège adéquatement les travailleurs plus vulnérables et que son esprit soit véritablement respecté » a déclaré Me Sophie Tremblay, vice-présidente responsable du contenu à Force Jeunesse.

Lors du dépôt de sa politique québécoise de la jeunesse au printemps dernier, le gouvernement s’est dit ouvert à un changement législatif en ce sens. Force Jeunesse avait alors indiqué qu’il appuierait celui-ci s’il voulait réellement s’attaquer au problème des clauses de disparités de traitement. Le premier ministre a depuis précisé son intention d’agir sur la question, notamment par la création d’un comité consultatif sur les normes du travail, qui aura pour mandat de formuler des recommandations sur le sujet. « Nous sommes heureux de voir que le gouvernement du Québec a décidé d’inclure des représentants de la jeunesse dans sa réflexion sur les clauses orphelin, notamment en nommant la présidente de Force Jeunesse sur le comité consultatif en charge d’analyser la question. Nous espérons fortement que cette volonté se traduira par des actions concrètes et non seulement par des vœux pieux, la seule façon d’enrayer le phénomène étant de clarifier la loi pour empêcher toute forme de disparité de traitement fondée sur la date d’embauche dans les régimes de retraites et autres avantages sociaux » a conclu Me Tremblay.

Force Jeunesse continuera son travail de sensibilisation auprès des différents acteurs politiques et de la société civile au courant de l’automne.


Force Jeunesse consulté sur le projet de loi 57 sur les régimes complémentaires de retraite

PARTAGER L'ARTICLE


28.10.2015

PROJET DE LOI 57

Force Jeunesse consulté sur le projet de loi 57 sur les régimes complémentaires de retraite

Force Jeunesse est le seul groupe jeune à avoir été consulté par la Commission de l’économie et du travail de l’Assemblée nationale sur le Projet de loi 57.

Force Jeunesse a déposé un mémoire à la Commission de l’économie et du travail dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 57 : Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite principalement quant au financement des régimes de retraite à prestations déterminées.

Pour consulter notre mémoire, cliquez ici.


Mémoire sur le projet de loi 3

PARTAGER L'ARTICLE


22.08.2014

FORCE JEUNESSE

Mémoire sur le projet de loi 3

Force Jeunesse dévoile son mémoire de Commission parlementaire sur le Projet de loi 3 concernant la restructuration des régimes de retraite municipaux.
Parmi les principaux points discutés dans le mémoire, voici un bref résumé des positions de Force Jeunesse :

Viabilité et pérénnité
La volonté d’assurer la viabilité et la pérennité des régimes de retraite municipaux est accueillie favorablement par Force Jeunesse.

Réformes structurelles
Force Jeunesse appuie les réformes structurelles proposées qui vont en ce sens, telles que la création d’un fonds de stabilisation pour chaque régime de retraite municipal et l’obligation de pleinement capitaliser toute bonification future des prestations offertes.

Flexibilité
Force Jeunesse considère toutefois que plus de liberté et de flexibilité devraient être laissées aux parties dans la négociation visant à restructurer les régimes de retraite municipaux, notamment en ce qui a trait aux modalités de chacun des régimes, à leur taille et au partage des coûts entre l’employeur et les employés.

L’équité intergénérationnelle
Force Jeunesse salue l’inclusion du concept d’équité intergénérationnelle parmi les principes directeurs du projet de loi et a comme priorité d’en clarifier le sens et la portée auprès des élus lors de son passage en Commission parlementaire.

Changement de paradigme
Au-delà de la restructuration des régimes de retraite municipaux, Force Jeunesse souhaite un changement de paradigme et propose une vision à long terme où les régimes de retraite seraient soustraits de la dynamique de négociation à court terme des relations de travail, en proposant la création de régimes de retraite sectoriels pour l’ensemble des Québécois.

Pour consulter notre mémoire, cliquez ici.


Régime de retraite des employés municipaux : Force Jeunesse accueille favorablement le projet de loi du ministre Moreau

PARTAGER L'ARTICLE


12.06.2014

PROJET DE LOI 3

Régime de retraite des employés municipaux : Force Jeunesse accueille favorablement le projet de loi du ministre Moreau

Force Jeunesse désire saluer le dépôt du projet de loi du ministre Pierre Moreau visant à favoriser la négociation, tout en imposant une obligation de résultat aux parties, dans le dossier des régimes de retraite des employés municipaux.
L’organisme qui représente le plus important groupe jeune à avoir défendu les intérêts des jeunes travailleurs dans ce dossier se réjouit que le ministre mette de l’avant un principe crucial dans le débat : celui de l’équité intergénérationnelle. Depuis sa création, Force Jeunesse place ce principe au cœur de ses prises de positions.

Assurer la viabilité des régimes
Parmi les mesures proposées dans le projet de loi, l’organisme souligne la capitalisation entière des bonifications au régime ainsi que l’obligation des fonds de stabilisation. « Ces mesures concrètes permettront d’assurer des régimes viables dans le temps et démontre la volonté du ministre de respecter le principe de l’équité intergénérationnelle dans ses décisions. Il est essentiel que l’ensemble des actions gouvernementales continuent d’en tenir compte, particulièrement dans l’épineux dossier des régimes de retraite » souligne Éloi Lafontaine-Beaumier, représentant de Force Jeunesse au Forum sur les retraites.
L’organisme voit aussi d’un bon œil l’indexation dans le but de contribuer au solde déficitaire attribuable aux déficits passés, le tout en protégeant la rente de base et celle du conjoint survivant. Selon Force Jeunesse, dans les cas où ce sera nécessaire, la participation raisonnable des bénéficiaires via les mécanismes d’indexation est souhaitable.

La négociation avant tout
Quant à la restructuration des régimes, Force Jeunesse est satisfait que le projet de loi mise sur un processus favorisant la négociation mais qui, en cas d’impasse, impose l’arbitrage. « Le recours à un arbitre après un délai raisonnable de négociations incitera les parties à la discussion en plus de constituer un processus de résolution de différents qui tient compte de l’historique des régimes. L’urgence d’agir dans ce dossier nécessitait une telle mesure afin d’imposer une obligation de résultat autant envers la partie patronale que syndicale » soutient M. Lafontaine-Beaumier.

Force Jeunesse aux aguets
Force Jeunesse continuera d’analyser en détail ce projet de loi ainsi que l’ensemble des actions gouvernementales dans le dossier des régimes de retraite. Certains éléments tels que les règles fixes de partage des coûts, le déclenchement de la restructuration automatique de tout régime de retraite sous le seuil des 100% et le risque de clauses de disparités de traitement soulèvent des enjeux que Force Jeunesse soumettra au débat public.

Il importe de rappeler que l’organisme est le seul groupe jeune à siéger sur les Forums sur les retraites institués par l’ancien gouvernement et a déjà déposé et défendu deux mémoires sur le sujet en commission parlementaire. « Notre participation à ce débat est loin d’être terminée et nous nous assurerons que l’équité intergénérationnelle et la pérennité des régimes soient au coeur des changements législatifs à venir » déclare M. Lafontaine-Beaumier.

Créé en 1998, Force Jeunesse est un regroupement de jeunes travailleurs visant la défense et l’amélioration des conditions de travail et des perspectives d’emploi de la relève dont les membres sont à la fois des associations et des individus. L’équité intergénérationnelle et une préoccupation pour l’avenir collectif de notre société sont au cœur des valeurs défendues par l’organisation.


Formation sur les retraites

PARTAGER L'ARTICLE


01.06.2014

FORCE JEUNESSE

Formation sur les retraites

Participez à la formation sur les régimes de retraite présentée par Force Jeunesse.

L’avenir des régimes de retraite au Québec vous intéresse ? Vous aimeriez mieux comprendre les débats sur cette question et les réformes mises de l’avant ? Participez à notre séance d’information présentée par Eloi Lafontaine-Beaumier, porte-parole de Force Jeunesse sur le dossier des régimes de retraite, et Sophie Tremblay, vice-présidente exécutive de Force Jeunesse, pour en apprendre davantage sur le fonctionnement du système de retraite québécois et les régimes de retraite collectifs, poser vos questions et échanger sur ce dossier qui touche l’ensemble des jeunes travailleurs.

Réservez votre place gratuitement dès maintenant !


La retraite : une responsabilité collective

PARTAGER L'ARTICLE


01.04.2014

La retraite : une responsabilité collective

La revue Relations publie un dossier sur les retraites dont nous publions la présentation ici.

*****************

Le contrat social qui fait de notre système de retraite un instrument majeur de solidarité sociale et intergénérationnelle est de plus en plus fragilisé. Devant le déséquilibre démographique et les déficits actuariels appréhendés, la tendance déjà lourde à faire entièrement reposer sur les individus la responsabilité d’épargner pour la retraite s’accentue, le rapport D’Amours l’a montré.
Vous pouvez lire le dossier et vous procurer la revue Relations.
Depuis le dossier que Relations a publié en mars 2002, « Quel régime pour la retraite ? » (no 675), la crise financière de 2007-2008 est passée par là, faisant des ravages qui n’ont pas fini de détruire vies et acquis sociaux dans plusieurs pays. Avec la rapacité et la cupidité des marchés financiers comme moteur, cette crise a heurté de plein fouet les régimes de retraite québécois. La Caisse de dépôt et placement du Québec a scandaleusement perdu 40 milliards de dollars. Bien des personnes se retrouvent contraintes de travailler plus longtemps ou de vivre une retraite amputée de leurs épargnes dévalorisées, voire disparues. Le « problème » des régimes de retraite est ainsi revenu à l’avant-scène au Québec, de sorte qu’après un comité d’experts, une commission parlementaire et un plan d’action gouvernemental, des mesures législatives sont attendues, de même que l’évaluation du Régime de rentes du Québec.


Lancement de la plateforme de revendications de Force Jeunesse

PARTAGER L'ARTICLE


01.03.2014

FORCE JEUNESSE

Lancement de la plateforme de revendications de Force Jeunesse

Force Jeunesse présente sa plateforme de revendication pour les élections générales provinciales en cours. L’organisme identifie des enjeux clés pour le maintien de l’équité intergénérationnelle au Québec et demande aux partis politiques en lice de prendre des engagements clairs. Les revendications couvrent quatre thèmes : les finances publiques, l’épargne et la retraite, les pratiques de gouvernance et la place des jeunes.

Force Jeunesse s’inquiète de la situation budgétaire actuelle du Québec. En effet, le retour à un budget équilibré, initialement annoncé pour 2013-2014, tarde à se réaliser. Maintenant prévu pour 2015-2016, l’objectif demeure ambitieux compte tenu des lourds efforts de réduction de dépenses de programmes qu’il sous-tend et de l’absence de provision pour éventualité, au cas où la croissance des revenus anticipée ne serait pas au rendez-vous. « Il est primordial de poursuivre les efforts de contrôle des dépenses et de remboursement de la dette afin de mettre fin à ces transferts de mauvaises dettes aux générations futures », affirme M. Eloi Lafontaine Beaumier, président de Force Jeunesse. De plus, l’organisme estime que toute marge de manoeuvre budgétaire à venir devrait servir prioritairement à la modernisation de l’économie et à la réduction de la dette. C’est pourquoi Force Jeunesse demande à ce que les formations politiques en lice :

  • S’engagent à tout mettre en œuvre pour atteindre l’équilibre budgétaire en 2015-2016 ;
  • Identifient comment elles comptent combler l’écart à résorber de 530 M$ subsistant pour l’année budgétaire 2015-2016 ;
  • Présentent un plan clair et chiffré de réduction des dépenses de programmes expliquant comment elles comptent atteindre les cibles prévues dans le plus récent budget ;
  • S’engagent à maintenir le Fonds des générations ;
  • Respectent la cible de réduction de la dette provenant des déficits cumulés établie au budget 2010-2011 ;
  • S’engagent à occuper tout espace fiscal que pourrait éventuellement libérer le gouvernement fédéral ;
  • S’engagent à étudier la suspension temporaire des travaux de développement du projet hydroélectrique La Romaine, de manière à maximiser les dividendes versables par Hydro-Québec au cours des dix prochaines années ;
  • S’engagent à consacrer les premières marges de manœuvre budgétaires disponibles à moderniser le tissu industriel québécois afin de construire les bases d’une croissance économique stable pour les dix à trente prochaines années ;
  • S’engagent à augmenter les versements au Fonds des générations afin de rattraper le retard des dernières années et de respecter, voire dépasser, les cibles de remboursement de la dette adoptées en 2010-2011.

Force Jeunesse considère également très préoccupant la situation de l’épargne-retraite au Québec. En effet, les régimes de retraite complémentaires existants sont malmenés par la démographie, l’incertitude économique et l’allongement de la durée de vie. Le rapport D’Amours, dévoilé en avril 2013, démontre abondamment comment le cadre de gouvernance actuel de ces régimes n’encourage pas une gestion prudente et équitable envers les prochaines générations. C’est pourquoi les discussions en cours portant sur ces enjeux au sein des Forums de travail institués par le gouvernement précédent doivent se poursuivre. En parallèle, le marché du travail évolue et les jeunes travailleurs ont de moins en moins accès à un régime de retraite offert par l’employeur. Souvent, ce régime est moins généreux et sécuritaire que celui de leurs parents. Les autres véhicules d’épargne-retraite actuels ne suffisent pas : REER et économies personnelles ne constituent pas des solutions de rechange viables et les régimes publics (Régime de rentes du Québec, régimes fédéraux) n’offrent, dans leur forme actuelle, qu’une couverture limitée.

« Des ajustements importants sont nécessaires à l’écosystème des outils d’épargne-retraite pour que l’ensemble embrasse pleinement les nouvelles réalités du marché du travail et offre aux prochaines générations des bénéfices équivalents à ceux de leurs prédécesseurs », soutient Eloi Lafontaine Beaumier.

Force Jeunesse demande donc que les formations politiques en lice :

  • S’engagent à maintenir les Forums de travail sur les retraites et à ce que ces derniers mènent à terme leurs travaux d’ici à l’automne 2015 ;
  • S’engagent à interdire les clauses de disparité de traitement dans la Loi sur les régimes complémentaires de retraite ;
  • Entament une réflexion plus large sur l’avenir du système de retraite et les transformations du marché du travail en partenariat avec les acteurs ayant participé aux forums de travail ;
  • Identifient les meilleurs outils d’épargne collective adaptés aux nouvelles dispositions du marché du travail québécois et proposent des mesures, des incitatifs et une législation adéquate en vue d’accroître leur portée.

Finalement, alors que l’état des finances publiques entraîne des choix difficiles, Force Jeunesse demande une plus grande transparence dans la présentation de la situation économique et financière du Québec, notamment en réponse aux plus récentes recommandations du vérificateur général. Par ailleurs, dans la mesure où ces choix auront des répercussions majeures et à long terme sur le visage du Québec de demain, il est nécessaire que les prochaines générations soient dès aujourd’hui impliquées dans ces décisions. En ce sens, un prochain gouvernement devra utiliser les instances décisionnelles publiques existantes – en commençant par les conseils d’administration de ses sociétés publiques – pour impliquer de plus près les jeunes dans la gouvernance publique.

C’est pourquoi Force Jeunesse demande à ce que les formations politiques en lice :

  • S’engagent à mettre en place un mécanisme garantissant que sont produites, à tous les cinq ans, des projections budgétaires à moyen et long terme des finances du gouvernement du Québec ;
  • S’engagent à produire, dans le cadre de l’exercice budgétaire et financier du gouvernement, une analyse des impacts des mesures budgétaires inspirée de la comptabilité générationnelle.

Créé en 1998, Force Jeunesse est un regroupement de jeunes travailleurs visant la défense et l’amélioration des conditions de travail et des perspectives d’emploi de la relève dont les membres sont à la fois des associations et des individus. L’équité intergénérationnelle et une préoccupation pour l’avenir collectif de notre société sont au cœur des valeurs défendues par l’organisation.


Budget provincial 2014-2015 : À quand l'équilibre budgétaire?

PARTAGER L'ARTICLE


20.02.2014

BUDGET PROVINCIAL 2014-2015

À quand l'équilibre budgétaire ?

Force Jeunesse accueille avec certaines réserves le budget du Québec 2014-2015. Nonobstant le report regrettable de l’équilibre budgétaire annoncé dans la dernière mise à jour économique, il importe néanmoins de saluer l’engagement du gouvernement à rééquilibrer les finances publiques du Québec.

À court terme, Force Jeunesse s’inquiète de la précarité des prévisions quant à l’atteinte de l’équilibre budgétaire. En effet, celles-ci s’appuient sur des cibles pour le moins ambitieuses, alors que l’augmentation des dépenses de programmes devra pratiquement diminuer de moitié pour les trois prochaines années. De plus, ces cibles n’incluent aucune provision advenant une croissance plus faible des revenus. « Que se passera-t-il si les revenus ne sont pas au rendez-vous, si la croissance économique n’est pas aussi élevée que prévu, comme ce fut le cas ces dernières années ? Reporterons-nous encore une fois l’atteinte de l’équilibre budgétaire ? », s’inquiète Eloi Lafontaine Beaumier, président de Force Jeunesse. Il importe de réitérer une fois de plus l’importance cruciale de cet équilibre afin d’atténuer le fardeau de la dette publique pour les générations futures.

À plus long terme, la situation des finances publiques suscite également plusieurs inquiétudes. Les effets du changement démographique et du prolongement de l’espérance de vie ne feront qu’accentuer le poids des régimes de retraites du secteur public sur les finances du Québec. Il est de plus préoccupant de constater que le coût du service de la dette atteindra 11,6% des revenus de l’État en 2016. En ce sens, l’augmentation de la capitalisation du Fonds des générations prévue par le gouvernement permettra d’atténuer partiellement ce coût pour les générations futures.

Enfin, bien que Force Jeunesse reconnaisse l’initiative du gouvernement d’établir des projections financières à plus long terme, il serait néanmoins nécessaire d’aller plus loin encore dans cette voie en présentant une comptabilité générationnelle. « Cette pratique comptable mesure la proportion entre les actifs et les passifs pour chaque génération et permet ainsi de répartir plus équitablement les coûts et bénéfices des politiques publiques », soutient Eloi Lafontaine Beaumier. Le gouvernement doit prendre les moyens de ses ambitions pour offrir à tous les Québécois un budget qui soit solidaire au présent et responsable face à l’avenir.

Créé en 1998, Force Jeunesse est un regroupement de jeunes travailleurs visant la défense et l’amélioration des conditions de travail et des perspectives d’emploi de la relève dont les membres sont à la fois des associations et des individus. L’équité intergénérationnelle et une préoccupation pour l’avenir collectif de notre société sont au cœur des valeurs défendues par l’organisation.