Devis de recherche : Institutions favorisant l’équité intergénérationnelle dans les politiques publiques

PARTAGER L'ARTICLE


15.11.2021

FORCE JEUNESSE

Devis de Recherche : Institutions favorisant l’équité intergénérationnelle dans les politiques publiques

Mise en contexte

Les dernières élections ont mis en lumière certaines des limites de notre système pour représenter adéquatement la population. La représentation au sein d’une institution comme l’Assemblée nationale contribue à assurer la prise en considération des enjeux préoccupant certains groupes comme les jeunes. Afin d’assurer l’équité intergénérationnelle dans les politiques publiques, plusieurs solutions peuvent être envisagées. Cela peut passer par une réforme du mode de scrutin ou par des listes de candidatures avec des quotas de représentation. 

Outre la constitution de l’assemblée législative, il est possible de mettre en place des pratiques ou créer des organismes publics qui permettent de prendre en considération les enjeux touchant les plus jeunes et les futures générations. En effet, plusieurs initiatives ont été mises en place au courant des années telles que l’exercice quinquennal de comptabilité intergénérationnelle réalisé en Australie (2021), la création d’une Commission des futures générations aux Pays de Galles (2022) ou encore la mise en place du comité parlementaire pour les futures générations en Finlande (2013). Chacune de ces initiatives visent à intégrer une vision de long terme dans les politiques publiques. Toutefois, les mécanismes ainsi que le rôle et les pouvoirs des institutions peuvent limiter les impacts de celles-ci sur les politiques publiques. C’est dans ce contexte que Force Jeunesse souhaiterait réaliser une recension permettant de répondre à la question suivante: 

Quelles sont les institutions permettant de favoriser l’équité intergénérationnelle dans les politiques publiques? Quels sont les avantages et limites de celles-ci?

Mandat

Il existe dans la littérature plusieurs définitions du terme institutions. Dans le cadre de cette recherche, on entend par institutions des organismes publiques établis pour répondre à un besoin particulier ainsi que des pratiques gouvernementales ou règles de conduite sanctionnées qui ont une valeur officielle ou légale. À titre indicatif, l’exercice de comptabilité intergénérationnelle ou la Commission des futures générations constituent des institutions au sens de la recherche que nous souhaitons réaliser. 

Le mandat consiste à réaliser une recension des institutions existantes dans les politiques publiques qui favorisent l’équité intergénérationnelle. Pour permettre de comparer les institutions et dégager les avantages et limites de celles-ci, une évaluation des institutions sera faite à partir de critères d’analyse se basant sur ceux proposés par Smith (2021), soit:

  • L’indépendance de l’institution (n’est pas lié à un parti électoral ou un groupe d’intérêt motivant la prise de décision); 
  • La diversité dans la constitution (représentation des groupes plus marginalisés ou vulnérable ainsi que la représentativité de l’instance); 
  • La présence d’un mécanisme de délibération (dialogue permettant de considérer les impacts à long terme); 
  • L’institutionnalisation (entité ou processus est temporaire ou permanent);
  • L’ «empowerment» (pouvoir discrétionnaire, coercitif ou droit de veto de l’institution). 

Le rapport final devrait faire au plus 30 pages.

Profil recherché

  • Détenir ou en voie d’obtention d’une maîtrise en administration publique, affaires publiques, sciences politiques ou dans tout domaine connexe/pertinent; 
  • Avoir de l’expérience avec de la recherche de type comparative; 
  • Capacité de synthèse et d’analyse; 
  • Bonne maîtrise du français écrit; 
  • Compréhension en lecture de l’anglais est un atout. 

Force Jeunesse prône les valeurs d’équité et d’inclusion dans toutes les sphères de la société et invite donc les gens issus de la diversité à poser leur candidature.

Échéancier

La personne contractuelle s’engage à remettre un rapport final d’une trentaine de pages à Force Jeunesse au plus tard le 31 janvier 2023.

Rémunération

La rémunération pour l’exécution du mandat et le rapport final est de 1500$.

Candidatures

Les candidatures seront reçues jusqu’au 25 novembre 2022, 23h.

Dans un seul fichier sous le format NOM_PRENOM.pdf veuillez inclure

  • Votre CV
  • Votre lettre de présentation
  • Un échantillon d’écriture 

Envoyer le tout à contenu@forcejeunesse.qc.ca.


Devis de recherche : Évaluation de l’équité intergénérationnelle dans les finances publiques

PARTAGER L'ARTICLE


15.11.2021

FORCE JEUNESSE

Devis de Recherche : Évaluation de l’équité intergénérationnelle dans les finances publiques

Mise en contexte

Les impacts des décisions gouvernementales sont nombreux. Elles affectent non seulement l’économie, mais également le bien-être de la société actuelle et future. Afin d’assurer l’équité intergénérationnelle, il est primordial de s’assurer que les programmes mis en œuvre par le gouvernement répondent aux attentes de bien-être des générations présentes et prennent en considération celles des générations futures. 

Depuis 2011, par l’entremise de Better Life Initiative, l’OCDE élabore différents rapports permettant d’analyser le bien-être des individus. En 2020, la 5e édition du rapport How’s Life met en lumière la distinction entre le bien-être d’aujourd’hui et celui de demain. L’apport important de l’OCDE n’est pas simplement de prendre en considération le capital humain, économique et social, mais également le capital naturel, qui depuis les récentes années, est un enjeu primordial en termes d’’équité intergénérationnelle. 

Dans cette perspective, la Nouvelle-Zélande a élaboré un budget du bien-être permettant de prendre en considération divers indicateurs afin de favoriser le bien-être des populations. Cette grille est un outil fondamental pour le gouvernement puisqu’il lui permet d’allouer des ressources efficacement selon les réels besoins de la population. Des indicateurs sociaux tels que la gouvernance, la sécurité, le plaisir ou même la santé psychologique sont pris en considération. L’environnement est également un indicateur comprenant notamment la qualité de l’air ou encore la gestion des déchets. Bref, une multitude de critères sont examinés par le gouvernement afin de faciliter une réponse adaptée aux besoins des populations et de limiter les impacts négatifs sur celles-ci à court et long terme. 

Au Québec, une telle grille d’analyse est, à notre connaissance, inexistante. Bien entendu, des indicateurs sont déjà utilisés afin d’évaluer les programmes, mais force est de constater que ce sont surtout les critères économiques qui prévalent. Il est donc pertinent de s’attarder au côté social et environnemental de la question. Dans ce contexte, Force Jeunesse souhaite savoir quels sont les indicateurs répondant aux besoins de la population québécoise ? Comment pouvons-nous évaluer efficacement les politiques publiques et les programmes en prenant en considération l’équité intergénérationnelle et l’impact sur les populations ?

Ce sont toutes des questions auxquelles la grille d’analyse sera en mesure de répondre. Il est cependant fondamental de construire un nouvel outil en vérifiant les indicateurs déjà existants.

Mandat

Le mandat sera donc le suivant : produire une grille d’évaluation qui fera ressortir les indicateurs pouvant mesurer les impacts sur les populations. Pour ce faire, il sera essentiel de valider les critères d’évaluation qui seront utilisés, de recenser les indicateurs déjà existants et utilisés par le gouvernement du Québec et de proposer des indicateurs supplémentaires permettant d’évaluer l’équité intergénérationnelle dans les politiques publiques. Les critères d’évaluation doivent comprendre l’impact sur les différents groupes (générations, ethnique, genre, etc), l’environnement, la santé (mentale et physique), et la consultation des parties prenantes avant la mise en œuvre d’un programme ou d’une politique gouvernementale.

Profil recherché

  • Détenir ou en voie d’obtention d’une maîtrise en administration publique, affaires publiques, sciences politiques ou dans tout domaine connexe/pertinent; 
  • Avoir de l’expérience avec de la recherche de type comparative ou l’évaluation de critères (ex. ESG); 
  • Capacité de synthèse et d’analyse; 
  • Bonne maîtrise du français écrit.

Force Jeunesse prône les valeurs d’équité et d’inclusion dans toutes les sphères de la société et invite donc les gens issus de la diversité à poser leur candidature.

Échéancier

La personne contractuelle s’engage à remettre un rapport final d’une trentaine de pages à Force Jeunesse au plus tard le 31 janvier 2023.

Rémunération

La rémunération pour l’exécution du mandat et le rapport final est de 1500$.

Candidatures

Les candidatures seront reçues jusqu’au 25 novembre 2022, 23h.

Dans un seul fichier sous le format NOM_PRENOM.pdf veuillez inclure

  • Votre CV
  • Votre lettre de présentation
  • Un échantillon d’écriture 

Envoyer le tout à contenu@forcejeunesse.qc.ca.


Santé mentale : L’inaction coûterait 18 milliards $ par année au Québec

PARTAGER L'ARTICLE

24.08.2022

SANTÉ MENTALE

Santé mentale

L’inaction coûterait 18 milliards $ par année au Québec 

Montréal, le 24 août 2022 – Force Jeunesse dévoile publiquement les résultats de sa recherche  Pour un accès universel à la psychothérapie, qui recommande la mise en place d’une couverture universelle aux soins de psychothérapie alors qu’elle chiffre à 18 milliards $ le coût de l’inaction en matière de santé mentale pour le Québec.

« Le statu quo en santé mentale n’est plus acceptable et des solutions existent. Notre recherche démontre qu’un accès universel aux soins de psychothérapie est à la fois un choix sain pour la population et les finances du Québec. Ce que ça prend, c’est un leadership politique fort et la jeunesse s’attend à ce que la santé mentale se retrouve au cœur de la campagne électorale. Il faut que le prochain gouvernement en fasse une priorité, au même titre que les autres enjeux de santé. », déclare Simon Telles, président de Force Jeunesse.

Les grands constats de la recherche de Force Jeunesse

  • Une couverture universelle en soins de psychothérapie est possible, réaliste et souhaitable en termes de coût pour les finances publiques. 
  • Il est estimé que l’inaction en matière de santé mentale coûterait 18 milliards $ par an au Québec. 
  • Le défi principal ne relève pas de la capacité financière du Québec d’investir dans un tel programme. C’est d’abord et avant tout un enjeu de main-d’œuvre et de gestion des ressources
  • Le gouvernement peut et doit prendre action rapidement pour paver la voie vers une couverture universelle et favoriser l’accès aux soins de psychothérapie. Cela passe notamment par : 
    • favoriser l’accès à la profession ; 
    • favoriser l’attraction et la rétention de professionnels ;
    • améliorer l’accès aux soins de psychothérapie en région ;
    • mettre en place des services de première ligne intégrés ;
    • améliorer la prévention et l’indemnisation au travail;
    • investir davantage en prévention et en sensibilisation.
  • Il est essentiel d’inclure des experts et des patients dans l’élaboration des solutions afin que les mesures mises en place répondent adéquatement aux besoins de la population. 

Bien que les 18-34 ans soient le groupe le plus atteint de troubles psychologiques au Québec, la santé mentale n’a pas d’âge et l’accès à des soins varie d’une personne à l’autre, souvent selon le régime d’assurance, le statut d’emploi et les conditions de travail.  

C’est dans une perspective de réduire les inégalités d’accès à ces services essentiels que Force Jeunesse a réalisé cette recherche, en collaboration avec plus d’une dizaine d’experts et la firme PBI Conseillers en actuariat ltée. La recherche permet d’évaluer les investissements qui seraient requis pour déployer une couverture universelle et de dresser un portrait des solutions envisageables à court terme pour répondre plus adéquatement aux besoins des Québécoises et Québécois. 

Pour consulter les faits saillants de la recherche, cliquez ici.

 

À propos de Force Jeunesse 

Dans une perspective d’équité intergénérationnelle, Force Jeunesse défend les droits et les intérêts de la jeunesse du Québec dans l’élaboration des politiques publiques. De manière non partisane, Force Jeunesse fait la promotion de la place des jeunes dans les sphères décisionnelles, catalyse les forces du milieu de la jeunesse et crée des espaces d’échanges pour la relève. 

-30-

 

SOURCE: Force Jeunesse

 

INFORMATIONS

Josiane Bélanger-Riendeau, TACT 

jbriendeau@tactconseil.ca 

(450) 858-3987


Des solutions à la crise du logement

PARTAGER L'ARTICLE


08.05.2021

LOGEMENT

Des solutions à la crise du logement

Simon Telles, président de Force Jeunesse, est l’auteur de cette lettre ouverte publiée le 8 mai 2021 dans Le Devoir au sujet du logement. Crise ou non, l’heure est aux solutions.

************************

Une autre semaine, une autre série de débats de sémantique et de batailles de données pour trancher si, oui ou non, nous traversons une crise du logement au Québec. Pourtant, pour moi, pour mon entourage et pour de nombreux jeunes québécois, les difficultés vécues quant à nos recherches immobilières semblent faire consensus. À la vitesse où les prix des loyers augmentent, nous n’avons plus le luxe de débattre sur l’ampleur du problème ; l’heure est aux solutions.

Maintenant que le télétravail est devenu la norme, il n’est plus simplement question d’avoir un toit au-dessus de nos têtes. Il est également question d’environnement de travail et de santé mentale, surtout chez les jeunes qui se retrouvent à passer de plus en plus de temps dans des logements de moins en moins abordables.

Pour éviter de nous retrouver dans des situations similaires à celles de Vancouver ou Toronto, nous devons agir aujourd’hui en trouvant des solutions audacieuses qui vont au-delà d’un registre des baux. Et pour cela, une collaboration entre les différents ordres gouvernementaux est absolument nécessaire.

Aide au logement

Un premier feu à éteindre est celui de l’accès à la location pour des milliers de jeunes qui ont hérité d’un marché, où, à Montréal par exemple, le prix moyen d’un logement est de 1 310 $.

Nous aurions collectivement intérêt à augmenter et à élargir l’accès au programme Allocation-Logement aux jeunes ménages à faible revenu sans enfants, auquel, à l’heure actuelle, seules les familles à faibles revenus et les personnes de plus de 50 ans sont admissibles. Il serait également possible d’augmenter l’aide reçue à travers le programme de supplément au loyer. Ces coups de pouce permettraient aux jeunes de faire baisser la part du loyer de leurs revenus, qui peut s’élever jusqu’à 70 % chez certains étudiants vivant à Montréal, tout en poursuivant leurs études ou en travaillant dans moins de précarité.

À moyen et long terme, il est indispensable de penser à des mécanismes pérennes qui assurent une augmentation du nombre de logements locatifs dans nos villes. En effet, la construction de logements sociaux, communautaires et privés permettrait de réduire la pression sur le marché de l’immobilier, tant pour la location que pour la vente, et ainsi de freiner la hausse des prix.

Mais pour y arriver, une action concertée des gouvernements municipaux, provinciaux et fédéraux est essentielle puisque présentement, les programmes de financement pour des projets de construction de logements sont maladroitement arrimés. C’est en travaillant ensemble pour offrir des options de financement cohérentes que les gouvernements auront le pouvoir d’augmenter l’offre de logements.

Le logement social communautaire représente également une option intéressante, mais est limité aux jeunes présentant des vulnérabilités particulières ou encore aux jeunes parents. Une offre plus grande de logements sociaux communautaires permettrait de soulager le marché locatif privé en diminuant la demande.

Se protéger de la spéculation

Enfin, il faut considérer des initiatives ambitieuses si l’on veut assurer une offre abordable et durable. Une de ces solutions serait notamment de créer des parcs immobiliers à l’abri des logiques spéculatives, ou encore des conditionnalités plus prescriptives rattachées aux subventions octroyées, comme la stratégie 20 / 20 / 20.

Crise du logement ou non, le marché de l’immobilier évolue et nos programmes et systèmes doivent se développer dans le même sens. Je suis de nature optimiste, et j’ai bon espoir que les solutions préconisées par nos gouvernements seront réfléchies en favorisant un dialogue avec les personnes directement touchées par les enjeux du logement. Une chose est certaine : les solutions existent, et c’est le moment d’agir pour les jeunes d’aujourd’hui et pour les générations futures.

Pour lire l’article intégral, cliquez ici.


Une relance jeune, verte et inclusive, mais les transferts en santé encore dans la salle d’attente

PARTAGER L'ARTICLE


20.04.2021

BUDGET FÉDÉRAL 2021-2022

Une relance jeune, verte et inclusive, mais les transferts en santé encore dans la salle d’attente

Montréal, le 19 avril 2021 – Force Jeunesse se réjouit de la place faite aux jeunes, notamment pour la communauté étudiante et pour les personnes issues de la diversité, dans le budget du Canada 2021-2022. Par ailleurs, l’organisation, qui milite depuis plus de 20 ans pour l’équité intergénérationnelle, félicite le gouvernement pour ses investissements dans des enjeux qui préoccupent la jeunesse, comme l’environnement et la santé mentale. Toutefois, l’absence d’augmentation des transferts en santé demeure inquiétante. 

Une relance qui fait place aux jeunes

Force Jeunesse accueille favorablement l’investissement de 5,7 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années pour aider les jeunes Canadiens et Canadiennes à poursuivre et à terminer leurs études ainsi qu’à entrer sur le marché du travail. Nous soulignons particulièrement les mesures d’allègement de la dette étudiante présentées dans ce budget, de même que la création de 215 000 nouvelles possibilités d’emplois et d’acquisition de compétences professionnelles, ainsi que le projet d’établir un salaire minimum fédéral de 15$ de l’heure. 

Des mesures holistiques pour la santé mentale, mais des transferts en santé toujours insuffisants

Pour 2021-2022, le montant du transfert canadien en matière de santé reste sensiblement le même que celui de l’année dernière, s’élevant à 47,1 milliards de dollars, incluant un supplément ponctuel. Malheureusement, ce montant va à l’encontre des demandes faites conjointement par les provinces d’augmenter ces transferts de 22 à 35 %. Nous déplorons en effet que le gouvernement fédéral n’ait pas décidé d’augmenter les transferts en santé cette année, puisqu’il s’agit d’une des façons concrètes d’assurer la pérennité du système de santé québécois. Il est d’ailleurs nécessaire qu’une réflexion d’envergure soit initiée pour réfléchir sur le long terme le financement des systèmes de santé des provinces.

Toutefois, nous nous réjouissons des 257 millions de dollars alloués à la santé mentale, dont 100 millions de dollars sur trois ans pour soutenir les interventions en santé mentale auprès des populations les plus gravement touchées par la COVID-19, y compris les jeunes. Nous saluons également la décision du gouvernement fédéral d’investir très largement dans des mesures visant à bonifier des facteurs sociaux et économiques qui ont des répercussions sur la santé mentale, comme l’emploi, l’éducation et l’inclusion sociale.

L’environnement au coeur de la relance fédérale

Force Jeunesse se réjouit de constater qu’une des plus grandes préoccupations de la jeunesse, la lutte contre le réchauffement climatique, a une place importante dans le budget fédéral 2021-2022, avec notamment les investissements suivants:

  • 5 milliards de dollars sur sept ans pour des projets qui contribueront à réduire les émissions de gaz à effet de serre dans tous les secteurs de l’économie canadienne;
  • 1 milliard pour des projets de technologies propres;
  • Réduire de 50 % les taux d’imposition générale des sociétés et des petites entreprises qui fabriquent des technologies à zéro émission;
  • L’émission des obligations vertes fédérales, avec une cible d’émission de 5 milliards de dollars pour 2021-2022, assujettie aux conditions du marché. Il s’agit de la première émission d’obligations vertes au Canada.

Une dette acceptable

Si la dette du gouvernement fédéral semble élevée au premier abord, celle-ci n’atteint que 51,2% du PIB, et ce, malgré le contexte actuel exceptionnel généré par la crise sanitaire. Nous tenons d’ailleurs à saluer l’élaboration d’une stratégie de la gestion de la dette et l’effort du gouvernement fédéral d’analyser l’incidence intergénérationnelle des mesures proposées dans ce budget.

 

Citation 

« Avec ce budget, le gouvernement fédéral répond à des enjeux qui sont chers aux jeunes, tels que l’environnement et la santé mentale. Toutefois, nous nous inquiétons de l’absence d’augmentation des transferts en santé qui permettraient de contribuer à la pérennisation des systèmes de soins des provinces. À cet effet, le fardeau fiscal doit être réparti intelligemment entre les générations et le financement de la santé n’en fait pas exception. »

  • Simon Telles, président de Force Jeunesse

 

À propos de Force Jeunesse 

Créé en 1998, Force Jeunesse est un regroupement de jeunes travailleurs visant la défense et l’amélioration des conditions de travail et des perspectives d’emploi de la relève dont les membres sont à la fois des associations et des individus. L’équité intergénérationnelle et une préoccupation pour l’avenir collectif de notre société sont au cœur des valeurs défendues par l’organisation. Pour en savoir plus, visitez forcejeunesse.qc.ca et suivez-nous sur Facebook, LinkedIn, Twitter et Instagram.

 

-30-

 

Contact : 

Claire Lauay
Directrice des opérations
Force Jeunesse
direction@forcejeunesse.qc.ca
514 384-8666

 

Source : Force Jeunesse


Opération relance : un premier pas pour la jeunesse dans un sentier dépourvu de vert

PARTAGER L'ARTICLE


25.03.2021

BUDGET PROVINCIAL 2021-2022

Opération relance : un premier pas pour la jeunesse dans un sentier dépourvu de vert

Montréal, le 25 mars 2021 – Force Jeunesse se réjouit de la place faite aux jeunes dans le budget du Québec 2021-2022. L’organisation, qui milite depuis plus de 20 ans pour l’équité intergénérationnelle, félicite le gouvernement pour ses investissements prévus d’ici 2024-2025 qui bénéficieront aux jeunes du marché du travail, tels que :
  • 50,9 millions de dollars pour assurer un financement stable des carrefours jeunesse-emploi;
  • 31,4 millions de dollars en 2022-2023 pour soutenir les jeunes qui ne sont ni aux études, ni en emploi, ni en formation dans leur intégration au marché du travail;
  • 14,1 millions de dollars pour bonifier le crédit d’impôt pour stage en milieu de travail.

Inclure les jeunes : un défi professionnel et social

Force Jeunesse applaudit la présence de mesures visant à favoriser l’insertion professionnelle des jeunes. Néanmoins, l’organisation encourage le gouvernement à entamer une réflexion de fond sur les obstacles auxquels sont confrontés les jeunes issus de la diversité sur le marché du travail.

La pandémie a également fait ressortir un enjeu de société qui touche particulièrement les 18-35 ans : la santé mentale. En ce sens, l’augmentation des investissements en santé mentale est une mesure prometteuse, mais Force Jeunesse s’inquiète de l’accessibilité à ces services, notamment pour les personnes sur le marché du travail.

Environnement : grand oublié du budget

Force Jeunesse déplore que l’enjeu environnemental soit délaissé cette année malgré l’importance qui lui était accordée dans le budget l’an dernier. Soulignons que l’environnement demeure une priorité pour notre génération qui subira les contrecoups de notre inaction.

Financement de la santé : il vaut mieux prévenir que guérir

Force Jeunesse salue les investissements du gouvernement en santé parmi les mesures annoncées pour la relance économique post-pandémie, mais s’inquiète de l’absence de réflexion sur le financement à long terme du système de santé du Québec. Les dépenses de santé représentent 43 % du budget total du Québec, et ce, excluant les mesures de soutien liées à la crise sanitaire. Sans vision précise de la gestion à long terme des dépenses de santé, il est évident qu’il sera excessivement difficile de maintenir la couverture actuelle de l’assurance maladie pour l’ensemble des générations, tout en préservant des finances publiques saines.

Nous appuyons la demande du gouvernement provincial d’augmenter à 35 % les transferts fédéraux en santé, mais réitérons, tel que présenté dans notre recherche, que ce n’est pas la seule solution pour assurer la pérennité du système de soins. Dès lors, il est primordial qu’une réflexion nationale sur le financement de la santé à long terme soit entamée dès maintenant.

Fonds des générations : se donner une marge de manœuvre

Force Jeunesse se réjouit que le gouvernement prolonge de deux ans l’atteinte à l’équilibre budgétaire. C’est d’ailleurs l’une des recommandations qui émane de notre recherche menée en janvier dernier pour actualiser notre position sur l’utilisation du Fonds.

L’organisation ainsi que la majorité des experts consultés auraient préféré que le versement pour l’année 2021-2022 soit suspendu, à titre temporaire et exceptionnel, dans l’optique de favoriser l’équité intergénérationnelle. Cela dit, Force Jeunesse est heureuse que le gouvernement se donne une marge de manœuvre pour répondre aux besoins actuels sans limiter les opportunités des générations futures.

Citation

« Il faut que la relance reflète les priorités des jeunes : qu’elle soit durable, inclusive et équitable pour l’ensemble des générations. Nous nous réjouissons des mesures budgétaires annoncées pour les jeunes, qui ont particulièrement été touchés au niveau des conditions de travail et de la santé mentale. Par contre, l’environnement s’illustre par son absence, au même titre qu’une stratégie concrète pour assurer la pérennité du système de santé. Il est important que la facture de la pandémie ne soit pas uniquement refilée aux prochaines générations. »

Simon Telles, président de Force Jeunesse.

Pour lire le mémoire prébudgétaire de Force Jeunesse, cliquez ici.

Pour voir notre communiqué intégral, cliquez ici.

À propos de Force Jeunesse

Créée en 1998, Force Jeunesse est une organisation non partisane regroupant 18 bénévoles issus de différents milieux professionnels qui défend les conditions de travail et les intérêts des 18-35 ans dans une perspective d’équité intergénérationnelle. Pour en savoir plus, visitez forcejeunesse.qc.ca et suivez-nous sur Facebook, LinkedIn, Twitter et Instagram.

Contact : Lauriane Déry, Vice-présidente responsable des communications, Force Jeunesse, communications@forcejeunesse.qc.ca, 514-554-3162