Conciliation travail-famille

PARTAGER L'ARTICLE


18.09.2013

FORCE JEUNESSE

Conciliation travail-famille

La conciliation travail-famille est une considération assez récente, au Québec. Les jeunes travailleurs, inspirés par les luttes de leurs parents pour de meilleures conditions de travail et de vie, réclament aujourd’hui plus de flexibilité de leurs employeurs. D’aucuns préfèrent les expressions « conciliation travail-études-famille » ou « conciliation travail-vie », parce que la génération X et la génération Y ne vivent pas pour travailler – nous travaillons pour vivre.

Ce changement dans le rapport au travail nécessite une adaptation du marché de l’emploi qui se réalise lentement, mais sûrement – et non pas sans heurts. La création des centres de la petite enfance (CPE) et l’instauration du Régime québécois d’assurance parentale sont des avancées importantes.

Force Jeunesse revendique de meilleures conditions de vie pour les jeunes familles, notamment par des mesures favorisant l’équilibre entre le travail et la famille, l’amélioration du réseau des haltes-garderies, une meilleure gestion des listes d’attentes pour les places en CPE et la participation des étudiants au Régime québécois d’assurance parentale.


Force Jeunesse en action

PARTAGER L'ARTICLE


10.09.2013

FORCE JEUNESSE

Force Jeunesse en action

Force Jeunesse agit concrètement en revendiquant des mesures qui améliorent la situation économique et sociale des jeunes, ainsi que la santé des finances publiques et de la démocratie québécoises.

Ainsi, l’action de Force jeunesse se décline autour de deux axes principaux.

1. Les jeunes travailleurs et le marché de l’emploi

  • Les clauses de disparité de traitement, dites clauses « orphelin »
  • Le travail atypique, qui a trop souvent comme conséquence la précarisation des conditions de travail des jeunes
  • La conciliation travail-famille est au coeur des préoccupation de la relève

2. Les politiques publiques, la gouvernance et l’équité intergénérationnelle

  • Évaluer les impacts des décisions du gouvernement sur les jeunes est une chose ; rendre publiques ces évaluations en est une autre. Le dossier des clauses d’impact jeunesse prend tout son sens à la lumière de l’équité intergénérationnelle et de la gouvernance.
  • La saine gestion des finances publiques est le meilleur moyen d’assurer l’équité intergénérationnelle
  • Dans le contexte de choc démographique, il est aussi crucial de garantir les revenus de retraites des travailleurs et la perénnité du Régime de rentes du Québec

La participation des jeunes sur les instances décisionnelles est donc fondamentale !


Clauses « orphelines »

PARTAGER L'ARTICLE


30.06.2013

FORCE JEUNESSE

Clauses « orphelines »

Depuis sa création, Force Jeunesse appuie les jeunes victimes de clauses « orphelin » tout en dénonçant cette pratique discriminatoire qui afflige les conditions d’emploi des nouveaux travailleurs.

La Commission des droits de la personne du Québec définit une clause orphelin comme étant :

« Toute clause discriminatoire basée sur la date d’embauche qui a pour effet de ne plus fonder la politique salariale sur des critères communs à l’ensemble du personnel. »

Le ministère du Travail du Québec propose une définition complémentaire.

« Les clauses « orphelin », décrites par le secteur de la recherche du ministère du Travail lors de travaux publiés au cours des deux dernières décennies, correspondent au départ, dans une convention, à une rémunération à double ou à multiples paliers. Ce vocable ou cette brève description s’applique dans le cadre d’une convention établissant deux ou plusieurs échelles de salaires distinctes pour un même emploi, et ce, en fonction de la date d’entrée en service chez un employeur. »

Grâce à un travail soutenu et solidaire, une loi interdit désormais certaines formes de clauses « orphelin » au Québec. Force jeunesse s’assure, par un travail continu de veille et de suivi, que les dispositions de cette loi sont appliquées.

Est-ce que qu’un employé vaut moins parce qu’il est plus jeunes ? La question se pose, puisque beaucoup de luttes reste à faire, notamment dans la fonction publique et dans le milieu journalistique.

C’est pourquoi Force Jeunesse supporte les démarches de jeunes qui s’oppose à ce que leurs droits fondamentaux soient bafoués. Dans cet esprit, le regroupement a levé le drapeau rouge et déposé officiellement une plainte auprès de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, en octobre 2010.


Autres priorités

PARTAGER L'ARTICLE


04.06.2012

FORCE JEUNESSE

Autres priorités

Participation des jeunes sur les instances décisionnelles
Force jeunesse fait la promotion d’une société équitable pour l’ensemble des générations. Pour arriver à cette fin, il importe que les jeunes soient présents dans les lieux décisionnels, non seulement pour assurer une représentation de toute les tranches d’âges, mais aussi pour constituer une relève expérimentée et prête à affronter les défis de demain.

Force Jeunesse fait des pressions auprès du gouvernement pour qu’un siège soit réservé aux jeunes sur les conseils d’administration d’organismes gouvernementaux, dont la Régie des rentes du Québec.

Conditions de travail des jeunes non-syndiqués
Bien des gens, notamment des jeunes, ne bénéficient pas d’une protection syndicale ou conventionnelle. Malheureusement, nos lois du travail, supposées protéger l’ensemble des travailleurs, ne sont pas complètement adaptées à la réalité des jeunes sur le marché du travail.

La précarisation des conditions de travail des jeunes, l’augmentation du travail atypique et l’effacement du statut de salarié confèrent rendent d’autant plus cruciale la sensibilisation à la situation des jeunes non-syndiqués.

Renouvellement du secteur public
Dans le secteur public, les jeunes sont souvent peu nombreux, confinés à des postes précaires ou victimes de pratiques discriminatoires. Force Jeunesse incite le gouvernement à renouveler le secteur public, en particulier en rajeunissant sa propre fonction publique et ce, sans l’introduction de pratiques discriminatoires pénalisant les nouveaux travailleurs.